Archives de l’auteur : pascal monot

Festival d’Armor 2021: Un Festival d’Armor soit annulé, soit réduit en 2021

L’organisation du Festival d’Armor 2021 repose sur différents paramètres difficilement maitrisables dans la situation sanitaire actuelle.

Les interrogations posées par l’évolution de la pandémie et les mesures sanitaires nécessairement adoptées pour préserver la santé des joueurs, du public, des familles et structures d’accueil, hypothèquent grandement l’organisation de l’édition 2021.

Sportivement, le retard engendré et les modifications de calendriers nous donnent très peu de lisibilité.

Nos partenaires, collectivités et annonceurs doivent en priorité faire face à la crise et gérer des moments difficiles.

L’organisation du Festival d’Armor 2021, dépendante de ces divers paramètres, nous semble difficilement concevable et cela nous pousse à prendre la décision de l’annuler dans sa configuration initiale.

C’est une décision difficile mais responsable. Le comité d’organisation et les bénévoles, dont la passion reste intacte ne ferment pas la porte à l’organisation d’un événement réduit à la Pentecôte au stade de Trémeur de Plougonvelin.

Nous restons bien entendu attentifs à une possible évolution sanitaire qui nous permettrait d’organiser un événement à ces dates.


Loïc Le Rû
Président Festival d’Armor

Brendan Chardonnet et Gautier Larsonneur : nouveaux ambassadeurs du Festival d’Armor

Brendan Chardonnet et Gautier Larsonneur ont décidé de venir apporter leur aide au Festival d’Armor. Très proche de l’US Plougonvelin et du tournoi ils endosseront le rôle d’ambassadeur. Les deux joueurs du Stade Brestois 29 connaissent extrêmement bien l’évènement international pour y avoir participé à multiples reprises.

Brendan Chardonnet, 25 ans, est originaire de Plouzané et a fait une grande partie de sa formation au Plouzané AC Football avant de rejoindre les rangs du Stade Brestois à l’âge de 17 ans. Il signe son premier contrat professionnel d’une durée de trois ans au terme de la saison 2013-2014. Défenseur central, il évolue aujourd’hui, toujours avec le même club dans le championnat élite français. 

Gautier Larsonneur est, lui, au Festival d’Armor comme à la maison. Originaire du Conquet et formé à l’US Plougonvelin, il s’est illustré sur les terrains de Trémeur à plusieurs reprises. Après avoir rejoint le Stade Brestois à 11 ans, il y fait toute sa formation avant de signer un premier contrat professionnel en 2017. Lors de sa première saison, il est également appelé en Equipe de France Espoirs et participe à la qualification de l’équipe aux Jeux Olympiques 2021. Titulaire indiscutable, le portier conquetois n’a plus quitté les cages brestoises depuis trois saisons.

Les deux ambassadeurs du Festival d’Armor souhaitent apporter leur soutien au sujet « sociétal », de contribuer, par leur popularité, à l’image et la représentation du tournoi auprès du public, mais également auprès des clubs de haut niveau. Ces actions permettront ainsi le développement de l’attractivité du tournoi. Une première mission en lien avec la classe ULIS du Groupe Scolaire La Croix Rouge – La Salle de Brest a été réalisée. Ces élèves seront présents lors du prochain Festival d’Armor. Les ambassadeurs ont répondu à une liste de questions posées par la classe et assisteront (dans la mesure du possible selon le contexte sanitaire) à la tombola organisée par cette-dernière. Les premiers lots à gagner seront leurs maillots, une paire de crampons et un ballon de football signé par l’ensemble des joueurs de l’effectif professionnel du Stade Brestois. La réalisation de cette mission consolide l’association entre le Festival d’Armor et la classe ULIS.

Maureen Le Ru

Festival d’Armor 2021: La 38è édition est sur les rails

Un changement de président à la tête du Festival d’Armor est intervenu cet été. Loïc Le Ru a pris le relais de Yvon Lainé qui a souhaité prendre du recul tout en restant au comité directeur.
L’autre grande nouvelle c’est bien sûr la mise sur les rails de la 38è édition qui avait dû être annulée en raison de la délicate situation sanitaire. Cette fois, elle est prévue les 22, 23 et 24 mai 2021 à Plougonvelin pour les U17 et dans diverses communes du Pays d’Iroise concernant la phase éliminatoire du tournoi U15.
En U17, le choix a d’ores et déjà été fait d’augmenter la représentation des équipes françaises, en portant leur nombre à 12 parmi les 16 formations participantes. A l’occasion de la première réunion du comité directeur, le vendredi 4 septembre, qui sera suivie d’autres en début de chaque mois jusqu’à l’échéance de mai 2021 guettée par les nombreux sympathisants du Festival d’Armor. 

Festival d’Armor 2020: la 38ème édition annulée

Voici le communiqué qu’a rendu public en fin d’après-midi le comité d’organisation du Festival d’Armor :
« Pour la 38ème édition du Festival d’Armor, qui devait se dérouler à la Pentecôte (30, 31 mai et 1er juin), nous allions vous annoncer une belle participation lors du tirage au sort prévu initialement le 27 mars à Brest. Mais l’évolution et la gravité de la situation sanitaire mondiale nous amènent dès maintenant à annuler le tournoi de 2020.
« Nous le regrettons et nous pensons que vous le comprendrez. Outre la durée imprévisible de l’épidémie d’autres incertitudes (concernant la logistique, le calendrier de la FFF, etc…) mettraient en péril la bonne organisation de ce rassemblement
« Nous espérons que cette période difficile n’impactera pas trop vos vies et celles des vôtres et que nous nous retrouverons en mai 2021 pour fêter ensemble le football ».

38 édition du festival d’Armor : La 16e équipe : les îles Féroé !

Arrêté aux trois – quarts depuis deux mois, le plateau de la 38e édition du festival d’Armor, disputée les 30-31 mai et 1er juin, est définitivement bouclé.
Parmi les seize équipes du tournoi on retrouvera à nouveau Levante UD et le RC Celta Vigo,  vainqueur et finaliste l’an dernier, le KAS Eupen, le Havre AC,  l’ESTAC Troyes, le SM Caen, l’AC Boulogne-Billancourt, la sélection du Finistère et les quatre clubs bretons (Stade Brestois, Stade Rennais, FC Lorient, EA Guingamp).
Les nouveautés? Ce seront le Montpellier Hérault,  une académie américaine, Kansas ESI, et la sélection nationale du Gabon. Mais la note la plus exotique sera apportée par la 16e équipe engagée ces derniers jours : la sélection nationale des îles Féroé!

L’En Avant Guingamp est en deuil.

L’équipe du Festival présente ses condoléances à la famille et aux proches de Nathael Julan, joueur de l’En Avant Guingamp, formé au HAC, club avec lequel il a participé au tournoi U17 en 2012. RIP. 🖤

Ci-dessous; l’article du Télégramme de samedi 04 janvier 2020

Football. Guingamp : Le destin brisé de Nathaël JULAN

Nathaël Julan laissera l’image d’un garçon attachant à Guingamp. (Photo Laurent Rivier)

Nathaël Julan, le jeune attaquant de Guingamp, s’est tué au volant vendredi après-midi. Un drame terrible qui a secoué comme jamais le club costarmoricain.
La nouvelle s’est propagée comme une onde de choc, au fil de l’après-midi. Sur la toile, on ne compte plus les messages de condoléances qui ont été postés. Venus du monde du football dans son entier.

Pour une raison inconnue, Nathaël Julan (23 ans) a perdu le contrôle de sa voiture, vendredi peu après 16 h, sur la D786, la 2×2 voies qui relie Binic-Étables à Pordic. Seul à bord de son Audi Q5, il est sorti de la route dans une courbe avant d’aller percuter un arbre. Toujours en vie à l’arrivée des secours, il n’a malheureusement pas survécu à ses blessures.

Touché dans sa chair, le club a évidemment annulé la rencontre amicale qui devait se jouer ce samedi matin, à 11 h, face à Concarneau, et que Nathaël Julan aurait dû disputer. L’ensemble des joueurs, ses dirigeants et ses éducateurs, se sont réunis en soirée au Pro Park pour lui rendre un dernier hommage. Observant tous un silence bien compréhensible en un pareil moment.

Repas des bénévoles : ils étaient 166

Si le Stade Brestois l’avait emporté à Lille, le tonnerre d’applaudissements n’aurait pas été plus assourdissant que celui qui salua le penalty arrêté face au Lillois Bamba par Gautier (ajouter Larsonneur serait superfétatoire comme disait François Morel dans les Deschiens).

Cela a au moins permis de bien lancer la soirée annuelle des bénévoles organisée par les dirigeants du Festival d’Armor à l’Espace Keraudy. Sur les 500 bénévoles qui concourent bon an mal an à Plougonvelin et dans les communes environnantes à la réussite des tournois de Pentecôte, 166 (un joli chiffre !) étaient présents à ce rendez-vous convivial et festif. Celui-ci donna lieu à un court mais agréable feu d’artifice sur le parking attenant, après un apéritif disons sportif et seulement interrompu par le discours d’Yvon Lainé.

En présence du maire Bernard Gouérec et de Stéphane Corre, adjoint aux sports, le président du Festival se fit un plaisir de saluer le travail très efficace effectué par tous ces bénévoles en amont et lors des tournois. Il profita également de l’occasion pour signaler que le tirage au sort de la 38è édition, prévue les 30, 31 mai et 1er juin, devrait avoir lieu à la fin mars sur Brest.

Après quoi il n’y eut plus qu’à déguster le repas riche en saveurs (cuisse de canard, gratin dauphinois, café gourmand) concocté par Jacques Quéguiner, golfeur émérite et partenaire du Festival depuis de nombreuses années, et son équipe du Relais du Vieux Port du Conquet. Et à cultiver les valeurs d’amitié et de partage chères au Festival d’Armor

Festival d’Armor (3ème journée)

Les joueurs de Levante font fête à leur gardien Jorge Mendoza, auteur de deux parades décisives dans la séance des tirs au but face au Celta Vigo. (photo Gauthier Le Roux)


Levante vainqueur d’un tournoi très réussi
« Ohé campeones! Ohé campeones! ». La 37è édition très réussie du Festival d’Armor a eu des accents espagnols en ce lundi après-midi avec une finale totalement ibérique opposant le Celta Vigo et Levante, qui ont bien fait honneur au football de leur pays. Mais au bout des tirs au but c’est Levante qui a gagné le gros lot pour sa première visite au stade du Trémeur.et qui a poussé ces « Ohé campeones! ». C’est la troisième fois dans l’histoire du tournoi U17 depuis 1981, que la finale a été complètement étrangère, après les Bristol Rovers -Plymouth Argyle en 1984 et PSV Eindhoven – Anderlecht en 1985 remportés par les premiers nommés.
 
Mendoza, gardien bondissant  
Avec ses cheveux blancs (peroxydés), il a des faux airs de gardien plutôt âgé et expérimenté. Mais c’est un gars bien de son âge, un gardien bondissant, Jorge Mendoza Silva, le dernier rempart de Levante. C’est lui, grâce à deux belles parades lors des tirs au but (4-3), qui a propulsé son équipe vers le succès après une rencontre achevée sur un score de 1 à 1. Le Celta Vigo avait ouvert le score par son n°14 Pablo Gonzalez Meixus. Mais il n’a pas fallu attendre le facteur pour avoir la réponse de Levante. Une minute plus tard, les joueurs de Valence égalisaient par leur avant-centre Pulpon Piquer, sacré d’ailleurs meilleur joueur du tournoi. Avant l’épilogue que l’on sait, ce match fut un affrontement sans concession entre les deux équipes, d’abord sur les plans technique et tactique puis au fur et à mesure que le match avançait sur un mode très physique.  

Reims échoue au port  
Dans la première demi-finale entre le Celta Vigo et le Stade de Reims, achevée elle aussi aux tirs au but (0-0, 4 tirs au but à 2), les Champenois n’ont pu développer leur jeu alléchant, étalé depuis samedi et considéré comme le meilleur du tournoi. La faute à la solide maîtrise tactique du Celta et à sa bonne occupation des espaces qui lui permit de bien contrôler son adversaire dans un match manquant parfois de relief et d’émotions. Dans l’autre demi-finale, le rêve d’une cinquième finale en six éditions pour Guingamp se heurta au réalisme de Levante, mis en confiance par la rapide réussite de son buteur Pulpon Piquer. Suite à une réaction sporadique en début de seconde période, En Avant frôla une défaite plus large, quand un penalty fut accordé à Pulpon Piquer, fauché par le gardien costarmoricain Enzo Tostivini. Mais l’essai fut raté par le n°10 de Levante, Cerda Agullo. Lors du match pour la troisième place, Reims a retrouvé des couleurs en étrillant Guingamp (5-0). Dans le chapelet des matches de classement disputés en prélude, on remarquera la bonne 5è place du Stade Brestois, obtenue face au KAS Eupen (2-1) et de nature à aviver les regrets laissés aux stadistes par leur quart de finale face à Guingamp dimanche, et le 7è rang de la Sélection du Finistère. « Si on nous avait dit cela avant le week-end, on aurait signé tout de suite. On a vécu une belle aventure et donné une belle image du football finistérien et du travail accompli par les joueurs dans leurs clubs » pouvait savourer Jérémy Laot.  

U15 : la TA Rennes fait sensation  
Dans le tournoi U15, les tirs au but furent nécessaires pour désigner les vainqueurs des quarts de finale (Paris SG, Sarcelles, Guingamp, Ta Rennes) aux dépens respectivement de Concarneau, du Stade Brestois, Saran et du Stade Plabennécois. En demi-finales, le Stade Brestois concéda une courte défaite face au Paris SG (0-1) et Guingamp ne rendit les armes qu’aux tirs au but (0-0, 2 tirs au but à 3) face à la TA Rennes. Face aux Parisiens, les Rennais ont livré une excellente prestation en finale et ils se sont arrogé la victoire su deux beaux buts inscrits en seconde période. Le tournoi des U15 n’a pas eu à pâtir de la comparaison avec celui de leurs aînés au cours d’un week-end ensoleillé et émaillé de plusieurs belles rencontres. Ce cru 2019 a eu de la profondeur et du bouquet.   Y.J.

On peut être adversaires, puis amis après le match. Pour preuve : les joueurs de Levante ont fait une haie d’honneur à ceux du Celta Vigo à l’issue de la finale U17.
(photo Gauthier Le Roux)
Les joueurs de la TA Rennes tout à leur joie après leur succès sans ambage en, finale des U15 face au Paris SG (2-0)
(photo Gauthier Le Roux)

Festival d’Armor (2ème journée)

Samuel Genty, qui tente sa chance face à deux Guingampais, fut tout près de donner l’avantage à Brest sur un coup-franc renvoyé par le poteau en première période. (photo Gauthier Le Roux)


La seconde journée du Festival d’Armor disputée également sous le soleil a confirmé dans le tournoi U17 les bonnes tendances de samedi, tant au niveau du jeu pratiqué que de l’affluence, assez conséquente, au stade du Trémeur. Les demi-finales disputées ce lundi après-midi donneront lieu à deux affrontements entre une équipe française et une formation étrangère, en l’occurrence espagnole, puisqu’aussi bien le Stade de Reims, le Celta Vigo, En Avant de Guingamp et Levante ont franchi le cut hier. Et la finale elle aussi pourrait très bien avoir cette double coloration.

La réussite fuit le Stade Brestois
Une seule fois les tirs au but ont été nécessaires pour départager deux adversaires. Et ce fut lors du dernier quart de finale opposant le Stade Brestois et En Avant de Guingamp. Là, la réussite a fui les Brestois qui venaient de s’arroger un peu plus tôt dans l’après-midi un troisième succès (1-0) en trois matches en phase de poule aux dépens d’une méritoire AC Boulogne-Billancourt, trahie à la fois par un dégagement raté de son gardien Ryan Bie et par une reprise à bout portant de Brieg Le Bars. Dans le duel très rythmé avec les Costarmoricains et d’un très bon niveau technique, les Brestois de Nicolas Mariller ne sont pas parvenus à convertir leurs occasions plus nombreuses, en raison d’un dernier geste souvent mal ajusté. Ils ont surtout eu l’infortune de frapper deux fois sur les poteaux suite à un coup-franc de Samuel Genty, habile sur les coups de pied arrêtés. Le suspense du match s’est poursuivi lors de la séance des tirs au but puisque la qualification se décida lors du 12è essai converti par le Guingampais Thomas Raffin. Le Stade Brestois devra donc patienter un an de plus pour rêver à un premier succès à Plougonvelin auquel il pouvait légitimement croire cette année. Quant à Guingamp, il aura fort à faire pour s’ouvrir la voie d’une cinquième finale en six ans face aux Espagnols de Levante.

Reims et les Espagnols assurent
« Dans un tournoi d’une telle qualité, on doit être content de ce qu’on a fait. Car les Rémois étaient plus forts que nous » reconnait sportivement Angel Cortes, le directeur technique du KAS Eupen, second du groupe B derrière Levante grâce à un meilleur goal-average que le FC Lorient. Les Lorientais venaient pourtant d’infliger son troisième revers en trois rencontres à un Paris SG aussi décevant que les Rennais, à l’évidence un an trop jeunes et nantis aussi de zéro point dans le groupe D. Porté par un jeu tonique et alléchant, le Stade de Reims a lui fait le plein de points dans le groupe A. Et il n’a pas fait le détail face à Eupen, surpris par deux contres acérés (2-0). Il devra maintenant se coltiner en demi-finale le coriace Celta Vigo, sorti premier du groupe C après un troisième succès aux dépens de Caen (1-0) et vainqueur 2 à 0 en quart de finale d’une Sélection du Finistère au parcours avantageux. Cette place en quart aurait très bien pu échoir à l’AC Boulogne-Billancourt qui en fut privé par un goal-average moins positif au niveau des buts inscrits que celui des Finistériens (1-1 contre 3-3). Levante, qui a totalisé également trois succès en poule, a dû se contenter d’un joli but de son n°10, Cerda Agullo, pour venir à bout des Troyens. Bien armés dans tous les secteurs de jeu et déjà roublards pour conserver ce 1 à 0, les Valencians ne seront pas faciles à arrêter pour Guingamp sur la route de la finale.
Y.J


Bien que soutenus par un bon contingent de supporters, les joueurs U15 du GJ Pointe Saint-Mathieu (en bleu) n’ont pu résister au Paris SG, victorieux 3 à 0.
(photo Gauthier Le Roux)


Les demi-finales de lundi : à 14 h 15, Stade de Reims – Celta Vigo; à 15 h 05, EA Guingamp – Levante.

Festival d’Armor (1ère journée)

Teva Lossec a inscrit d’un bel exter’ du pied gauche le premier des deux buts du Stade Brestois face à Rennes (2-1). (Photo Gauthier Le Roux)


Brest et Reims font le plein
Après le sévère coup de tabac de vendredi, dû au passage de la tempête Miguel qui avait lessivé Plougonvelin et tout le Pays d’Iroise, les sourires étaient revenus sur les visages des organisateurs du Festival d’Armor. Le retour du soleil leur a presque fait oublier les arrivées très tardives du Celta Vigo à 2 h et du Dinamo Minsk à 4 h 45 dans la nuit précédente.
Et à l’issue de la première journée du tournoi U17 ce samedi, suivi par un public plus épais que prévu, le sentiment de satisfaction l’emportait. Car le niveau des seize équipes en lice s’est avéré assez homogène et le jeu souvent de bonne facture.
Quand bien même la participation de certaines équipes n’a pas dépassé un match, avant la seconde journée des éliminatoires qui s’étalera dimanche de 10 h à 17 en prélude aux quarts de finale, les fortunes ont été diverses. Ainsi seules deux équipes (le Stade Brestois et le Stade Reims) ont fait le plein de points en deux rencontres et pris déjà une bonne option sur les quarts.

Le gros revers du Havre
Commençons par le Stade de Reims dans le groupe A. Auteurs d’une courte victoire (1-0) dans un derby tendu avec l’ESTAC Troyes, les Champenois ont ensuite créé une belle sensation en étrillant 4 à 0 les Havrais, trahis par leur défense et qu’on n’imaginait pas aussi fragiles suite à leur succès d’entrée devant la Sélection de Guyane (2-0), pas mal armée sur le plan technique mais manquant d’impact dans les duels. Derrière Reims, trois équipes auront donc à se refaire une beauté lors de la deuxième journée.
Quant aux Brestois dans le groupe D, ils ont débuté le tournoi de la meilleure des manières en parvenant à dicter leur loi aux Rennais (2-1). Grâce à deux beaux buts inscrits par Teva Lossec et Chris Basakila qui encadrèrent un penalty réussi pour Rennes grâce à Arthur Atta. Puis ils sont venus à bout de la belle opposition de la Sélection du Finistère qui rendit les armes sur un habile coup-franc de Samuel Genty et sur un but plus confus de Djeidi Gassama. A noter l’apparition sur le banc stadiste en soutien de Nicolas Marillier et d’Yvan Bourgis de Johan Ramaré, qui portait les couleurs brestoises il y a trois ans.
Mais rien n’est perdu pour Rennes et l’AC Boulogne-Billancourt, auteur d’un nul 0-0) face au Finistère pour qui la récolte d’un point en deux matches risque de peser beaucoup sur la suite de son tournoi.

Levante et Eupen surprennent le Paris SG »
Les débuts du Paris SG dans le groupe B étaient très attendus. Mais ils ont fait souffler un vent de déception avec deux revers en autant de matches. Le premier survint en toute fin de rencontre face à Levante (0-1) lors d’une rencontre intense et indécise jusqu’au bout. Le second fut enduré devant le KAS Eupen (1-2), dont les débuts ont été fructueux avec quatre points au compteur. Pour Lorient et a fortiori Paris, il sera difficile de se frayer un chemin vers les quarts de finale.
Enfin dans le groupe C, le Celta Vigo – un nul face à Guingamp (1-1) et une courte victoire sur Minsk (1-0) – et le Stade Malherbe de Caen, victorieux aussi des Biélorusses (1-0), ont bien ouvert leur compteur de points avant les trois rencontres programmées dans chaque poule lors de la seconde journée.

Yvon Joncour

Les Espagnols de Levante (à droite) ont réussi à s’imposer face au Paris SG, grâce à un but inscrit en toute fin de rencontre.
(Photo Gauthier Le Roux)

Que la fête (re)commence!

Les voeux de Yvon Lainé pour cette 37è édition du Festival d’Armor, qui va se dérouler samedi, dimanche et lundi au stade du Trémeur? « Un temps clément et un joli carré final dans le tournoi U17 ». Traduction : sans faire injure aux autres finalistes et vainqueurs du Festival, une finale bien partagée entre la représentation étrangère et le cortège des clubs français comme celle de 2017 qui avait mis aux prises le HJK Helsinki et Le Havre AC. Afin de patiner la coloration internationale de la manifestation bien entretenue depuis sa création en 1981 et qui va donner lieu à nouveau à une grande fête sportive et populaire.


U17 : Paris SG, Vigo, Levante, et la Guyane en découverte

Pourquoi changer une formule qui a plu? Le passage à 16 équipes en U17 l’an passé, qui était réclamé par plusieurs clubs, a eu le grand mérite de rendre le samedi moins décisif et de bien décanter les forces et les faiblesses des différents clubs, pour dégager une hiérarchie sans appel. Avec à la clé, le second succès en trois ans du Havre AC, qui figurera à nouveau en haut de l’affiche, et le quatrième revers en finale lors des cinq dernières éditions d’En Avant de Guingamp, plongé dans une véritable série noire au stade du Trémeur. Cette fois, il sera encore plus hasardeux de livrer un pronostic précis, tant les nouveautés sont nombreuses avec pas moins de quatre nouvelles équipes, dont deux étrangères, qui, à quelques encablures de la mer d’Iroise, viendront humer l’air marin de cette compétition au goût sauvage, car toujours âprement disputée. A l’instigation de Kaou Diallo, qui put mesurer la qualité du tournoi U15 en 2018, le Paris SG délèguera ainsi une équipe sans doute très observée. Ce sera le cas aussi de la ligue de Guyane, sur les conseils de Christophe Adam, et de deux clubs espagnols, le Celta Vigo et Levante, qui, pour le compte du football ibérique, auront à faire oublier les prestations peu reluisantes de la Real Sociedad, neuvième sur douze en 2016 et 2017. Pour le Dinamo Minsk, on pourrait presque parler également d’une première et d’une revanche tant la participation des Biélorusses en 2011 avait été anonyme. Le KAS Eupen, pour son quatrième voyage à Plougonvelin, défiera avec Levante le Paris SG dans une poule 2 où le FC Lorient aura fort à faire. La poule 1, avec Le Havre AC en tête de gondole, offrira pour sa part un prometteur et ardent derby champenois entre le Stade de Reims et l’ESTAC Troyes, ravis de revenir à la pointe du Finistère. Dans la poule 3, l’incertitude planera au-dessus du Celta Vigo, du Dinamo Minsk, d’En Avant de Guingamp et d’un Stade Malherbe de Caen, convié également à la fête. Mais la poule 4 pourrait bien être celle de toutes les angoisses et indécisions, avec la réunion des voisins, le Stade Brestois, le Stade Rennais et la Sélection du Finistère, opposés également à l’AC Boulogne-Billancourt.


U15 : le retour de la consolante

Alors que la participation avait été ramenée de 80 à 48 équipes l’an passé, en donnant par là-même du nerf au tournoi U15, celui-ci bénéficiera cette année du retour de la consolante abandonnée en 2018. Cela permettra d’entretenir la motivation de tous les clubs avec cinq rencontres à disputer jusqu’au dimanche soir. La succession du KAS Eupen sera particulièrement ouverte et les candidats au succès ne manqueront pas. Le Paris SG sera en quête de revanche, après son parcours décevant de 2018. La Roche Vendée, finaliste l’an dernier, l’US Concarnoise, souvent présente dans la sélection finale, l’US Avranches, le Stade Bordelais, l’USM Saran ou le FC Trémery, un bon club formateur de la région Est, pourront y prétendre. Mais on ne négligera pas les atouts du Stade Mayennais, Stade Lavallois, Saint-Amand, Carquefou ou des chefs file bretons (Stade Brestois, FC Lorient, EA Guingamp, Vannes OC, Dinan-Léhon) engagés dans cette compétition avec treize clubs ou ententes de la région brestoise. A noter les forfaits du CSUS Annaba (Algérie), remplacé par l’AAS Sarcelles, et du Kaolack FC (Sénégal) par Plougastel FC. Deux autres changements sont à signaler : les remplacements de La Roche Vendée et de Mondeville par le FC Lannion et l’AG Plouvorn.   Les douze sites suivants accueilleront le tournoi : Plougonvelin, Le Conquet, Saint-Renan, Locmaria-Plouzané, Plouzané, Plouarzel, Lampaul-Plouarzel, Ploumoguer, Guilers, Lanrivoaré, Bohars et Coataudon. 
Y.J.

Le Finistère a fait sa sélection

Après plusieurs matches de préparation, le coach de la Sélection du Finistère, Jérémy Laot, a arrêté la liste des seize joueurs suivants pour disputer la prochaine édition du Festival d’Armor : Ethan Assadourian, Simon Lefournier (GDR Guipavas), Loïk Bernard, Yanis Boulc’h, Rémy Louault, Ewan Piriou (EA Saint-Renan), Guillaume Durant, Ruben Miranda Moreira (US Concarneau), Esteban Louarn, Yanis Moal, Romain Toanen (AS Brestoise), Dorian Favé (AG Plouvorn), Louison Julou (SM Douarnenez), Louis Martin (SC Morlaix), Loïc Matodo (AS Saint-Martin-des-Champs), Mathieu Pouliquen (Stade Plabennécois). Rappelons que la sélection du Finistère sera opposée dans le groupe D au Stade Brestois, Stade Rennais et AC Boulogne-Billancourt.

Tirage au sort du 37è Festival d’Armor :

Béatrice Richard (Crédit Agricole), Gautier Larsonneur, Brendan Chardonnet et Anthony Weber ont procédé au tirage au sort des groupes U17. (photo Jean-Michel Gélébart)




Des luttes fratricides dans le groupe 4!

Le tirage au sort de la 37è édition du Festival d’Armor s’est déroulé ce samedi soir à la salle Keraudy en présence d’une centaine de personnes. Parmi celles-ci figuraient le maire, Bernard Gouerec, le président de la CCPI, André Talarmin, Alain Le Floch, président du district du Finistère, Yvon Lainé, président du Festival, les représentants des partenaires majeurs que sont le Crédit Agricole et les Paysages d’Iroise, plusieurs représentants de clubs et sponsors et nombre de bénévoles du tournoi.

Cette soirée était rehaussée par la participation à ce tirage de trois joueurs du Stade Brestois, Gautier Larsonneur, Brendan Chardonnet et Anthony Weber, qui avaient effectué la veille un pas très important sur la route menant à la Ligue 1, en s’imposant 2 à 0 au Red Star et en comptant six points d’avance sur leurs poursuivants.

La belle animation graphique de Christian Rommens

Avant de commenter la constitution des douze groupes U15 et des quatre groupes U17, tous auront pu admirer la belle animation graphique réalisée par Christian Rommens qui, aidé de Pascal Monot, fit voyager, avec une bonne pincée d’humour, de charmantes abeilles au milieu des différents panneaux du tirage sur le grand écran de la salle Keraudy. Histoire de bien rappeler le projet d’une opération environnementale axée sur la défense de ces butineuses.

Si les groupes de U15 laissent une impression d’équilibre, avec une bonne répartition des différentes têtes d’affiche et des équipes appelées à jouer normalement un rôle majeur lors du week-end de Pentecôte, la composition des groupes U17 donna lieu à un accueil variable au sein de l’assistance. Jusqu’à la révélation davantage commentée du groupe 4 et des luttes fratricides qu’il réservera dans deux mois. A savoir les confrontations du Stade Brestois, du Stade Rennais, de l’AC Boulogne-Billancourt (trois clubs appartenant déjà au même groupe en championnat national) et de la sélection du Finistère. Il ne sera guère facile de se frayer dans cette poule un chemin vers les quarts de finale!

On remarquera aussi dans le groupe 1 un derby sans doute âpre entre le Stade de Reims et l’ESTAC Troyes, et les présences des quatre équipes étrangères (KAS Eupen, Levante, Celta Vigo, Dinamo Minsk) dans deux autres groupes. Faites vos jeux!

Y.J.

Jean-Marc Furlan : « Les qualités stratégiques font la différence »

« Surpris et ressentant un grand plaisir, parce que je ne suis à Brest que depuis quelques mois » d’avoir été sollicité pour être le parrain de la 35è édition du Festival d’Armor en 2017, Jean-Marc Furlan avait dû décliner l’invitation en raison de ses vacances annuelles.

Ce qui n’empêche pas de prêter une oreille attentive à son analyse de la formation des jeunes joueurs qui reste complètement d’actualité.

– Avant d’arriver à Brest, connaissez-vous le Festival d’ Armor de Plougonvelin ?

– « J’en avais déjà entendu parler. Mais faute d’avoir assisté à ce Festival, je ne connais pas sa contenance, son épaisseur, sinon par l’évocation de tous les joueurs pros connus qui y sont passés et la liste est belle ».

– En équipes de jeunes à Bordeaux, avez vous participé à des tournois internationaux et quels souvenirs en avez vous gardé ?

– « Pas beaucoup. Au tournoi international juniors de Saint-Emilion qui a duré trois ou quatre ans et qui était rehaussé par la présence d’équipes britanniques, en raison sans doute des liens historiques existant entre l’Aquitaine et les Anglais. Il y a eu ensuite mes sélections en juniors, en espoirs et en militaires avec qui on disputait chaque année le Challenge Kentish face aux Anglais et aux Belges. Le Finistère a une solide réputation pour les tournois internationaux de jeunes, grâce à une vraie force associative. Ce qui m’impressionne beaucoup, c’est la puissance des clubs due à leur nombre de licenciés et de bénévoles. J’ai beaucoup voyagé et je n’ai jamais vu cela ailleurs ».

– Est-ce indispensable, au cours de ces années de formation, que les joueurs soient confrontés à des footballs étrangers ?

– « Evidemment. Le football français que nous avons connu dans les années 60/70 vivait en vase clos, on ne partait pas comme cela à l’étranger. Aujourd’hui et c’est une très bonne chose il y a beaucoup plus d’échanges. D’ailleurs quand les jeunes joueurs français ont pu aller jouer en dehors de nos frontières, le football français a tout de suite franchi un palier ».

– N’avez vous pas été tenté de faire une carrière de formateur ?

– « Je crois être le seul entraîneur pro à avoir débuté comme bénévole. Je l’ai été, de 1992 à 1997, à Libourne Saint-Seurin, quand j’ai entraîné mon fils de 7 ans en poussins, avant de m’occuper des U11, des U13, puis de l’équipe A en CFA, qui est montée en National et qui a pris part aux 32ès de finale de la Coupe sept saisons de rang. Aimé Jacquet m’a incité à passer l’examen d’entraîneur pro et je me suis tout de suite vraiment éclaté dans la compétition avec les seniors ».

– Quel regard portez vous sur la formation au Stade Brestois ?

– « Eric Assadourian et tous ses éducateurs ont énormément de mérite, parce que le club a accumulé énormément de retards dans ce domaine et parce qu’ils doivent fournir beaucoup d’efforts dans une région où la concurrence des autres clubs pros est vive. C’est bien que le club se soit mis en évidence ces dernières années en Coupe Gambardella. Mais ce n’est pas parce que tu as ces résultats-là que tu vas sortir automatiquement des grands joueurs. Ce sont deux choses différentes ».

– Les deux tournois de Plougonvelin sont ouverts aux U15 et aux U17. Quelle(s) qualité(s) faut-il privilégier à ces âges-là ?

– « Pour les joueurs destinés à devenir professionnels déjà repérés avant leurs 17 ans pour leurs qualités techniques et physiques, ce sont  leurs qualités stratégiques qui leur permettront de faire la différence au très haut niveau. En premier lieu la capacité à comprendre et à lire le jeu, avec et sans ballon, plus vite et mieux que les autres. S’ils n’ont pas cette stratégie, cette lecture du jeu, ils n’arriveront pas à franchir tous les niveaux. A l’instar d’un Yohann Lachuer, qui était devenu à Auxerre un des meilleurs joueurs français, des joueurs de petit gabarit arrivent parfois à développer de tels atouts qui leur permettent de doubler des mecs qui vont vite, qui sont costauds et ont de l’impact ».

– Le meilleur exemple serait Blaise Matuidi que vous avez dirigé à Troyes ?

– « Au-delà des Gameiro, Schneiderlin, Jean, Sidibé que j’ai aussi entraînés à Strasbourg et à Troyes, Blaise est celui qui m’a le plus impressionné. A son arrivée à 17 ans à l’ESTAC, il n’était pas exceptionnel sur le plan technique, il était maigrelet avec des mollets comme des stylos Bic. En revanche, il était très vif et très endurant. Mais il avait surtout cette capacité à comprendre et à lire le jeu plus vite que des joueurs de 30 ans qui comptaient près de 300 matches en Ligue 1 et Ligue 2. Là, j’ai su qu’avec Blaise ce serait no limit pour la suite de sa carrière ».

Recueilli par Yvon Joncour

Les quatre clubs étrangers présents en U17 au 37è Festival d’Armor

Johan Cruyff, légende de l’Ajax Amsterdam, de Barcelone et de l’équipe des Pays-Bas, a évolué pendant dix matches sous les couleurs de Levante en 1981 (photo DR)


Levante : Johan Cruyff y a joué!
Avec le Celta Vigo et le Dinamo Minsk, le club espagnol de Levante fera sa première apparition en U17 au stade du Trémeur les 8, 9 et 10 juin.
Le Levante Union Deportiva, créé en 1909, est un club de Valence où il a toujours un peu vécu dans l’ombre du Valence CF, cinquième club le plus titré d’Espagne (six championnats, quatre coupes d’Europe). Evoluant en bas de tableau de la Liga, il n’a à son actif que trois titres de champion de D2 et une demi-finale de Coupe d’Espagne en… 1937.
Pour autant, plusieurs joueurs connus ont porté ses couleurs. Comme le Chilien Carlos Caszely et les Français Olivier Kapo, Frédéric Dehu et Peguy Luyindula.
Mais le plus célèbre de tous à avoir fréquenté l’équipe de Levante reste, bien sûr Johan Cruyff, star précédemment de l’Ajax Amsterdam avec il décrocha trois Coupes d’Europe des clubs champions et trois Ballons d’Or, du FC Barcelone et de l’équipe des Pays-Bas, finaliste de la Coupe du monde 1974.
Après deux expériences américaines (aux Los Angeles Aztecs et aux Washington Diplomats) et avant de finir sa carrière à l’Ajax puis à Feyenoord, Johan Cruyff évolua, à 34 ans, une dizaine de matches sous la tunique de Levante en D2 espagnole. Un de ses anciens coéquipiers, Vicente Latorre, n’a pas pu oublier son passage là-bas : « Il faisait son dribble fétiche et on ne comprenait pas ce qu’il faisait. C’était compliqué de lui prendre le ballon. Johan a fait son meilleur match à Grenade. Il a dribblé trois fois coup sur coup un défenseur central et il l’a laissé sur les fesses trois fois ».

Celta Vigo : 46 saisons en Liga
Grand rival en Galice du Deportivo La Corogne, distant de 150 km, le Celta Vigo peut s’enorgueillir de 46 saisons de présence en Première Division espagnole.
S’il a dû se contenter dans son pays de trois finales de Coupe d’Espagne en 1948, 1994 et 2001, le Celta s’est un peu plus illustré sur le plan européen. Victorieux de la Coupe Intertoto (2000), il a été demi-finaliste de la Ligue Europa en 2017, après avoir subi la loi d’Arsenal en 8è de finale de la Ligue des Champions en 2004.
Parmi ses anciens joueurs les plus renommés figurent le Brésilien Mazinho, champion du monde en 1994, les internationaux espagnols Juanfran, Salgado, David Silva et russes, Karpine et Mostovoï. Mais également les Français Claude Makelele, Peter Luccin et Richard Dutruel.

Dinamo Minsk : l’un des deux clubs-phares de Biélorussie
Moins présent aujourd’hui sur le plan européen que son nouveau rival du Bate Borisov, le FC Dinamo Minsk a été le seul club biélorusse à participer au championnat de 1ère Division soviétique. Durant 39 saisons!
Porte-drapeau de la capitale biélorusse (2 M d’habitants), le Dinamo a ainsi décroché un titre de champion d’URSS en 1982 et disputé deux finales de Coupe d’URSS en 1965 et 1987.
Il compte 132 matches dans les diverses coupes d’Europe et il a pris part notamment à la phase de groupes de la Ligue Europa en 2014 et 2015.
Ses anciens joueurs les plus connus en Occident sont les Russes Malafeev et Aleinikov.

KAS Eupen : il revient pour la 4è fois
Le Königliche Allgemeine Sportvereinigung Eupen (le ballon est déjà loin quand on a fini de prononcer son nom en entier…) a, rappelons le, Claude Makelele pour manager général depuis l’automne 2017.
Le club tout proche de l’Allemagne a pour partenaire la fondation Aspire, basée au Qatar, qui lui permet de mettre à l’essai pas mal de jeunes joueurs, notamment africains.
Au tournoi U17 de Plougonvelin, il a déjà participé à trois reprises : 8è en 2015, 10è en 2017, 12è en 2018. Mais sa meilleure performance a été de remporter le tournoi U15 l’an dernier.

Y.J.

37è édition les 8, 9 et 10 juin – Le Paris SG sur deux fronts, en U17 et U15

A moins de quatre mois du rendez-vous des 8, 9 et 10 juin, le plateau de la 37è édition du Festival d’Armor est quasiment bouclé. Du moins en U17 où 16 équipes, réparties en quatre poules qualificatives, seront à nouveau réunies.

Cinq de ces formations – preuve du souci constant d’innover qui anime le Festival – feront leur première apparition au stade du Trémeur. A savoir : deux formations espagnoles (Celta Vigo, Levante) et une biélorusse (Dynamo Minsk) qui formeront le groupe des équipes étrangères avec celle du KAS Eupen, présent pour la quatrième fois à Plougonvelin. Mais aussi : le très convoité Paris SG, déjà représenté l’an dernier en U15 et qui concourra donc cette fois sur deux fronts, et une sélection de Guyane.

A l’affiche figureront de nouveau les quatre équipes bretonnes (Stade Brestois, Stade Rennais, FC Lorient, EA Guingamp), Le Havre AC, victorieux l’an passé, le SM Caen, l’ESTAC Troyes, le Stade de Reims, une sélection du Finistère et pour la 16è place soit l’AC Boulogne Billancourt, soit le Vannes OC.

Cinq clubs pros en U15

Rappelons que le tournoi U15, ouvert à 48 équipes, fera l’objet d’une nouvelle formule cette année.

Les deux premiers clubs de chacune des 12 poules le samedi participeront au tournoi principal, à partir du dimanche après midi. Celui-ci donnera lieu alors à 8 poules de trois équipes, dont les premières se qualifieront pour les quarts de finale prévus le lundi, avant les demi-finales et finale.

Le même processus sera appliqué pour la consolante, qui concernera à partir du dimanche après midi les équipes classées 3è et 4è dans les poules du samedi.

Cinq clubs pros (Paris SG, Stade Brestois, FC Lorient, EA Guingamp, Stade Lavallois) seront à l’affiche de ce tournoi U15, pour lequel la sélection définitive reste à effectuer tant les demandes de participation s’avèrent nombreuses.

Y.J.

Festival d’Armor : Voeux pour 2019

Nos vœux pour 2019 : Merci à vous tous, Bénévoles, Partenaires, Communes associées, Institutionnels, Public … Grâce à vous 2019, sera encore un bon cru … Avec une évolution du Festival cette année, 16 équipes U17 se disputeront le « Challenge Crédit Agricole ».
Les 48 formations U15 quant à elles évolueront sur le « Challenge Paysages d’Iroise »

Le comité directeur du Festival d’Armor

36è Festival d’Armor (3è journée) Le Havre récidive, deux ans plus tard

Le Havrais Ylan Gones (à droite), seul buteur de la finale des U17, poursuivi par deux Guingampais. (Photo Gauthier Le Roux)

Sous le soleil exactement et devant un public accouru en rangs serrés au Trémeur, Le Havre AC a été finalement le club qui a eu le plus de suite dans ses idées dans le tournoi U17. Il a réédité son succès de de 2016 aux dépens des Guingampais qu’il avait déjà battus en finale il y a deux ans. Quant au succès en U15, il est revenu au KAS Eupen sur la même marge de 1 à 0 face à La Roche Vendée.

La malédiction guingampaise

Dire que la finale des U17 a été le match le plus abouti du week-end serait travestir la réalité. A ce Le Havre-Guingamp on aura préféré par exemple le Sochaux-Nice (1-0) de samedi ou les quarts de finale Guingamp-Standard (3-2) et Caen-Sochaux (2-0).

Mais il faudra toutefois reconnaître la bonne montée en régime des Normands qui ont tout gagné, après un nul de bon aloi avec le Standard de Liège samedi. Avant donc cette finale qui mit beaucoup de temps à trouver sa vérité. Suite à une première mi-temps stérile, car privée d’occasions de but, une mésentente entre le gardien d’En Avant, Isaia Aubert, et Nicolas Paverne fut exploitée en deux coups de cuiller à pot par le Havrais Ylan Gones.

Cela suffit au HAC, qui obligea le gardien costarmoricain à un double sauvetage en fin de rencontre, pour s’adjuger cette 36è édition du Festival d’Armor. En revanche, la malédiction continue de planer sur Guingamp, qui a perdu ici sa quatrième finale lors des cinq dernières éditions.

Pour Mickaël Le Baillif, le coach havrais, qui avait suppléé Stéphane Bernard retenu pour le déplacement apocalyptique du HAC à l’AC Ajaccio, le week-end s’achevait d’heureuse manière : « L’an dernier on aurait dû gagner face à Helsinki et là je n’aurais pas misé une pièce sur un long parcours de notre part. Mais dans le jeu nous avons su monter en puissance ».

Vannes s’accroche, Caen chute in-extremis

La demi-finale entre Guingamp et Vannes bascula sur une action solitaire de l’attaquant d’en Avant, Wesley Eura, peu avant la pause, alors que les deux équipes s’étaient beaucoup observé jusque-là. Auteur aussi d’un tournoi très méritoire, le VOC réagit avec enthousiasme mais il ne parvint pas à égaliser sur un coup de tête raté de peu par son avant-centre Claudel Ngoubou.

En revanche, on dut avoir recours aux tirs au but pour départager les Havrais et les Caennais (0-0, 4 tab à 3) dans l’autre demi-finale. Dans ce match très équilibré, Le Havre opposa un bon répondant athlétique à l’organisation de Caen, belle mais pas aussi productive qu’auparavant. Ainsi un côté trop calculateur peut vous priver d’un heureux dénouement dans un tournoi où les différences de niveau ne furent pas criantes. Il restera à Caen la désignation de son n°8, Kanan Sakho, comme meilleur joueur du tournoi.


La joie des U15 du KAS Eupen, venus à bout de La Roche Vendée en finale et qui inscrivent pour la première fois leur nom au palmarès. (Photo Gauthier Le Roux)

U15 : le KAS Eupen effrite La Roche

Sorti victorieux de sa poule où évoluait le Paris SG, puis vainqueur difficile de Concarneau (1-1, 5 tirs au but à 4) et plus aisé de Plouzané (2-0), l’équipe belge du KAS Eupen a donné au palmarès du Festival d’Armor une belle couleur internationale en U15.

Mais il lui fallut lutter de pied ferme en finale pour venir à bout de La Roche Vendée (1-0), qui avait dicté sa loi auparavant au Vannes OC (1-0) en quart de finale puis à Guingamp en demi-finale (0-0, 3 tirs au but à 0), grâce à trois arrêts de talent dans cette épreuve additionnelle de son gardien Anderson Aupetit, désigné le meilleur du tournoi.

« Avec un bon n°9 et un bon gardien, une équipe a toujours des chances de bien voyager » fit remarquer Pierre Ménès, le parrain de cette 36è édition. Le KAS Eupen avait les deux : l’attaquant Hugo Gilon, auteur de son 10è but du week-end en finale, et le gardien Luca Possen, qui sauva son équipe sur une ultime tentative du n°10 de La Roche, Mathis Oger.

La progression du club belge, pour sa troisième présence à Plougonvelin, symbolisée aussi par le bon comportement de son équipe U17, est incontestable.

Yvon Joncour

36è Festival d’Armor (2è journée) U 17 : Vers une finale Bretagne – Normandie

A l’issue de ce dimanche baigné de soleil, comme l’avait été la première journée, on attendait en U17 le FC Sochaux et le Standard de Liège dans le dernier carré. Au lieu de quoi c’est à une finale Bretagne – Normandie que nous aurons droit ce lundi sur le coup de 17 h 30, puisqu’aussi bien les demi-finales mettront aux prises, à partir de 14 h 30, En Avant de Guingamp et le Vannes OC, la grande surprise de ce tournoi, Le Havre AC et le SM Caen.

Vannes fait sensation, Guingamp accélère

Tout heureux de prendre part au pied levé au Festival d’Armor, après le forfait du Stade Lavallois retenu par les phases finales du championnat de France U17, le Vannes OC ne regrettera guère cette invitation. Après avoir tenu Reims en respect (0-0) et vaincu le Stade Brestois (2-0) samedi, les Morbihannais ont piégé le SM Caen (1-0). Ils ont pu alors défier en quart de finale le Stade Briochin, auteur lui aussi d’un très bon tournoi et dont le nul face à l’OGC Nice (0-0) a suffi pour devancer les Azuréens mais aussi le KAS Eupen au goal-average dans le groupe D.

Un but vite marqué par le n°2 Loan Guihard a permis à Vannes d’atteindre les demi-finales. Pour la plus grande joie de son coach David Gouzerch : « Le nul face à Reims samedi a mis l’équipe en confiance. Les gars sont restés sur la bonne dynamique de la saison achevée à la 3è place en National. Ils se connaissent bien depuis qu’ils ont été champions de Bretagne U13. Maintenant, c’est la fraîcheur et la réussite qui feront la différence ».

C’est de ce bon répondant dont ont su faire preuve les Guingampais en quart de finale face au Standard de Liège (3-2). Ils ont élevé leur niveau de jeu au bon moment et profité de la détermination de leur n°4, Kevin Bona, auteur de deux buts avant et après ceux inscrits par les Belges, le coup de grâce étant porté par le n°9, Wesley Eura.

Sochaux piégé par Caen

Nombreux étaient ceux qui voyaient le FC Sochaux au rendez-vous de la phase finale. Excellents samedi et bien que battus ce dimanche par Eupen (2-0), leur jeu inspiré et les belles accélérations de leur n°7 Antonio Wiltord mirent le SM Caen sur le reculoir. Mais le réalisme des Normands finit par payer en seconde période.

Matthieu Ballon, le coach normand, savoure cette réussite : « On vient à Plougonvelin depuis quatre ans et on avait toujours été éliminé en quart de finale. Je suis satisfait pour les joueurs qui ont été mis en difficulté en première mi-temps par le jeu explosif de Sochaux. Mais ils ont bien tenu et réussi à faire la différence ». Sur un coup de tête du puissant n°8 Kanan Sakho et sur un but de renard de Robin Legendre, qui exploita une mauvaise prise de balle du gardien sochalien.

Le quatrième quart de finale entre Le Havre et Rennes fut un classique du genre au Trémeur. Un but par mi-temps des Havrais , victorieux 2 à 0, leur offrit ce derby très indécis face à Caen en demi-finale.

Les issues heureuses pour les deux clubs normands contrastent avec les trois matches vierges de point vécus par le Stade Brestois et le FC Lorient, les deux grandes déceptions du week-end.

U15 : Concarneau et Plouzané dans le top 8

En subissant d’entrée deux nuls face à Auray (1-1) et face au GJ Saint-Mathieu 2 (0-0), le Paris SG a déçu et pas du tout justifié son étiquette de favori en U15. Devancé dans son groupe par le KAS Eupen, il ne sera pas au rendez-vous des quarts de finale ce lundi matin.

Concarneau, auteur de cinq succès en cinq rencontres, sera à l’épreuve des Belges. Le Plouzané AC, qui a devancé le Stade Brestois dans son groupe, défiera l’US Orléans. Le Vannes OC en découdra avec le VF La Roche-sur-Yon. Enfin, un match aussi prometteur qu’indécis mettra aux prises EA Guingamp et l’US Quévilly, qui ont récolté dans leurs groupes respectifs quatre victoires et un nul.

Yvon Joncour

36è édition du FAR (1ère journée) U17 : un tournoi lancé sur de bonnes bases

Disputées sous un beau soleil, les rencontres inaugurales du Festival d’Armor en U17 ont révélé une compétition de belle tenue, d’un niveau assez homogène que soulignent des scores étriqués dans leur grande majorité.
Parmi les clubs qui se sont mis en évidence, citons l’impressionnant FC Sochaux et le Stade Rennais, auteurs de deux matches victorieux. Mais également Le Havre et Vannes auxquels le Standard de Liège, le SM Caen, l’OGC Nice et Reims, qui ont dû se contenter d’une seule rencontre, pourraient emboîter le pas ce dimanche.

Un Sochaux-Nice haut de gamme
L’affrontement dans le groupe D des Sochaliens et des Niçois, qui découvraient le Festival d’Armor, a donné lieu sans conteste à la plus belle opposition de l’après-midi. Très rythmé, marqué par un solide engagement physique et d’un bon niveau technique, ce match a vu le court succès des Doubistes, leur puissant avant-centre Skelly concluant un joli mouvement collectif tout en décalage.

Plus laborieux fut le second succès des Sochaliens face aux accrocheurs Briochins qui avaient débuté le tournoi face au KAS Eupen par le même score de 1 à 0, mais cette fois à leur avantage.

Dans le groupe A, le débat initial entre le Standard de Liège et Le Havre AC resta sans but. Mais pas sans émotions procurées par un jeu alerte, pas mal de maîtrise de part et d’autre puis sur la fin par deux beaux sauvetages du gardien belge, Louis Fortin. Le Havre poursuivit l’après-midi avec une victoire très tardive (2-1) face à la vaillante Sélection du Finistère qui avait ouvert le score par Dann Egret et qui eut l’infortune de rater un penalty. Les regrets seront vifs car les Finistériens avaient dicté auparavant leur loi au FC Lorient, dont la domination fut stérile et qui se fit cueillir sur une réussite à l’ultime minute de Stanislas Fonkou, joueur du Plouzané AC.

Brest trop tendre
Dans le groupe B, le Stade Rennais a placé son tournoi sur de bons rails en s’imposant face à Troyes (1-0, but de Donovan Monteville) puis face à En Avant de Guingamp (2-0, buts de Kyllian Gasnier et Pablo Pagis). Ce qui a freiné dans leur élan les Costarmoricains qui venaient de s’imposer sur la plus petite des marges (1-0) face à l’AC Boulogne-Billancourt, elle aussi à même de se racheter lors de la deuxième journée de poule.

En revanche, le week-end a été mal engagé par le Stade Brestois, dont l’effectif, peuplé de six joueurs première année sur seize, s’est avéré trop tendre face aux Caennais emmenés par leur excellent n°8 Sakho Kanan (2-0), avant de se faire surprendre sur le même score par le Vannes OC (buts de Mathias Lavenant et sur penalty de Théo David). Vannes avait auparavant bien tenu le choc face aux Rémois dans un match assez accroché (0-0).

Même si Sochaux a fait forte impression, bien malin qui pourrait donner la composition des quarts de finale disputés à partir de 18 h, en épilogue d’un dimanche bien chargé et qui débutera par de nouvelles rencontres de poules à 10 h.

Y.J.

36è Festival d’Armor : Une préparation éprouvante

« Cette année, c’est le pompon! On n’a jamais connu une préparation aussi éprouvante et stressante du Festival d’Armor » soufflaient jeudi matin, dans le petit bureau de l’USP au stade du Trémeur, Yvon Lainé, Loïc Le Ru et Michel Quéméneur, toujours en quête de confirmations, à moins de deux jours du début du Festival, pour les voyages de l’OGC Nice, du FC Sochaux en U17 et du Paris SG en U15. En raison des mouvements de grêves à la SNCF.

Et, puis alors que le temps se faisait radieux sur la pointe du Finistère, les nouvelles sont arrivées, rassurantes. Emerse Fae et Nice étaient d’accord pour rejoindre Rennes en train, puis Plougonvelin par car. Le FC Sochaux annonçait qu’il prévoyait de faire en car le long déplacement depuis le Doubs. Quant au Paris SG, il confirmait qu’il avait trouvé un train pour rallier Brest mais qu’il arriverait dans la cité du Ponant ce vendredi après-midi avec cinq heures… d’avance sur son horaire initial.

L’horizon du Festival d’Armor, qui devrait se dérouler sous un beau soleil jusqu’à lundi soir, venait d’un coup de s’éclaircir.

U17 : Vannes, Saint-Brieuc et Boulogne-Billancourt au pied levé

Alors que la compétition des U17 passe cette année de 12 à 16 équipes, il a fallu composer avec trois forfaits ces dernières semaines. Celui prévisible du Stade Lavallois, retenu par les quarts de finale du championnat de France et suppléé par le Vannes OC. Celui implacable des Anglais de Derby County remplacé par l’AC Boulogne-Billancourt, « un des meilleurs clubs formateurs de la région parisienne » souligne Eric Cornou. Et celui tout à fait inattendu et pas du tout élégant, à dix jours de la compétition, du HJK Helsinki, qui aurait eu pourtant un titre à défendre et que le Stade Briochin a accepté gentiment de remplacer.
Malgré tous ces avatars, l’affiche ne manque pas d’éclat avec les présences de plusieurs centres de formation de renom. A commencer par celle de Troyes, victorieux in-extremis du Stade Brestois en demi-finale de la Coupe Gambardella et vainqueur de l’épreuve, également du FC Sochaux, de l’OGC Nice, qui vont tous deux découvrir le Festival d’Armor, du Havre AC, du SM Caen, du Stade de Reims.

Sans oublier bien sûr la participation de deux clubs belges (Standard de Liège, KAS Eupen), de sept formations bretonnes (Stade Brestois, EA Guingamp, Stade Rennais, FC Lorient, Sélection du Finistère, Vannes OC, Stade Briochin) et donc de l’AC Boulogne-Billancourt.

U15 : le Paris SG en tête d’affiche

Pour sa première venue au stade du Trémeur, le Paris SG, entraîné par Kaou Diallo, l’ancien joueur du Stade Brestois (il y joua en 2003-2004) sera naturellement la tête d’affiche du tournoi U15.

Cette compétition aura un caractère plus dense que lors des dernières éditions, avec le passage de 80 à 48 équipes réparties en huit poules sur les sites de Plougonvelin, Ouessant, Plouzané, Locmaria-Plouzané, Plouarzel, Ploumoguer, Saint-Renan et Guilers.

Les jeunes Guadeloupéens de l’Eclair de Petit-Bourg ont été les premiers à rallier Plougonvelin dès jeudi, le sourire en bandoulière. Ils seront rejoints par deux autres équipes d’outre-mer : la Gauloise de Basse-Terre (Gaudeloupe) et le Yana Sport Elite Academy (Guyane).

A l’affiche figurent aussi deux clubs belges (KAS Eupen, Mons), 21 autres formations extérieures à la Bretagne, dont l’ACBB, le CFF Paris, Aubervilliers, Quévilly, Sélestat, Sainte-Anne de Reims, et 21 équipes bretonnes.

Tout est donc en place maintenant pour faire de ce rendez-vous de Pentecôte la grande fête footballistique et populaire attendue par tout le Pays d’Iroise. Elle démarrera par la présentation des équipes et la cérémonie d’ouverture ce samedi, à partir de 10 h, au stade du Trémeur. Les deux tournois débuteront à 14 h sur les différents sites.

Y.J.

Parrain du 36è Festival d’Armor Pierre Ménès : « J’ai passé mes vacances à Porzh-Milin jusqu’à mes 14-15 ans »

Consultant vedette du Canal Football Club, Pierre Ménès (54 ans) porte chaque dimanche soir un jugement acéré, sans concession sur l’actualité de la Ligue 1 voire du football étranger.
Le public plougonvelinois pourra aller à sa rencontre lors du prochain lundi de Pentecôte. Pierre Ménès sera en effet le parrain de cette 36è édition du Festival d’Armor, pas très loin du lieu de vacances de son enfance.

– Vos racines sont brestoises?
– « Oui, toute ma famille du côté de mon père est originaire de Brest. Ma grand-mère a tenu le café de la gare routière à Brest. Avec mon grand-père, elle a tenu également l’Hôtel d’Armorique qui dominait la plage de Porzh-Milin. J’ai été baptisé à Locmaria-Plouzané. C’est drôle de relever que je vais être logé lundi soir à l’Hostellerie de Saint-Mathieu, là où j’allais manger avec mes parents quand j’étais petit. La dernière fois où je suis venu dans le coin c’était il y a quatre ans, lors d’un match de Coupe de France entre le Stade Brestois et le Paris SG qui avait d’ailleurs été reporté ».

– Plougonvelin, donc ça vous parle?
– « Bien sûr. Je suis né à Paris mais j’ai passé toutes mes vacances à Porzh-Milin jusqu’à mes 14-15 ans ».

– Et le Festival d’Armor?
– « Ca me fait plaisir d’en être le parrain cette année. Je fais l’objet de sollicitations de ce type quasiment toutes les semaines. Notamment de la part d’œuvres de charité depuis ma maladie (j’ai été greffé du foie et d’un rein en décembre 2016). Le fait que le Festival d’Armor se déroule dans ma région d’enfance m’a conduit à répondre favorablement aux organisateurs de Plougonvelin ».

– Le but premier de votre déplacement à la pointe du Finistère est cependant l’invitation que vous a adressée l’association « Fée du bonheur »,
– « C’est le partenariat de cette association avec le Festival d’Armor qui favorise ma venue à Plougonvelin lundi, avant de rendre visite mardi à des enfants malades au CHU de Brest avec Louis Gotland et l’association « Fée du bonheur ».

– Quand avez vous quitté le journalisme à l’Equipe?
– « En 2005, quand je suis devenu directeur du développement au Stade de Reims. Dix jours après y avoir signé mon contrat, qui n’a duré finalement que jusqu’en juin 2006, M6 me sollicitait pour intégrer l’émission 100% Foot. Je suis arrivé au Canal Football Club en 2009 ».

– Quel bilan tirez vous de toutes ces années de consultant?
– « C’est un métier très agréable. Ca m’a tellement manqué durant les sept mois de ma maladie de ne plus pouvoir y participer que je mesure mieux la chance aujourd’hui de faire partie de cette émission ».

– Contrairement à ce qui s’est produit pour d’autres émissions de la chaîne ces derniers temps, votre liberté d’expression ne semble pas avoir été réduite?
– « Je n’ai jamais eu la moindre consigne pour me tempérer, pour m’auto-censurer. De toute façon je ne le supporterai pas ».

– Votre rôle est d’être le poil à gratter dans l’univers du football pro français?
– « Je ne sais pas si c’est un rôle ou si cela correspond à ma personnalité. Si j’ai envie de m’énerver, je m’énerve. Si je n’en ai pas envie, je ne le fais pas. C’est aussi simple que cela ».

– Etes vous plus heureux dans cette fonction de consultant que dans votre ancien métier de journaliste?
– « Ah oui! Je suis plus libre et cette fonction correspond bien à mes qualités. Et puis, il ne faut pas être faux-cul, c’est infiniment mieux payé que dans la presse écrite. J’ai eu du mal au départ à trouver mes marques et une complicité avec Hervé Mathoux, parce que ce type d’émission a besoin de rythme et le temps de parole est très compté ».

– Si vous comparez la presse sportive du temps où vous écriviez pour l’Equipe et celle d’aujourd’hui, quels changements constatez vous?
– « Elle s’est éloignée du jeu. Elle est plus à l’affût des tweets des joueurs, des supporters et elle est plus à la recherche du sensationnel qu’auparavant. Quand je vois les notes des joueurs dans l’Equipe, j’en ai parfois froid dans le dos. La presse sportive a beaucoup perdu de son expertise ».

– Pour quelles personnes du football avez vous de la sympathie voire de l’affection?
– « Elle sont nombreuses. Parmi mes meilleurs amis figurent Marc Keller, Thiago Motta et Bafetimbe Gomis. J’aime bien également Jean-Marc Furlan que j’ai connu à Strasbourg et à Troyes. Il parle bien du football et il fait bien jouer ses équipes. J’espère pour le Stade Brestois qu’il va demeurer son entraîneur ».

– « Et les gens avec qui vous vous entendrez jamais?
– « Patrice Evra, Florent Malouda, Vikash Dhorasoo ».

– Jean-Michel Aulas, avec qui vous avez eu parfois maille à partir, ne serait donc pas votre meilleur ennemi?
– « Ce n’est pas un ennemi, j’ai d’excellents rapports avec lui. Le problème de Jean-Michel Aulas c’est Twitter. Il fait n’importe quoi avec ça et ça me terrifie ».

 

Recueilli par Yvon Joncour

36è édition du Festival d’Armor : Des incertitudes liées aux grêves

Pas facile en temps ordinaire de bâtir le plateau de tournois internationaux. Mais avec la perspective de grêves à la SNCF et à Air France, cela peut devenir un vrai casse-tête pour les organisateurs du Festival d’Armor de Plougonvelin, dont la 36è édition aura lieu les 19, 20 et 21 mai .

Ainsi ces incertitudes ont engendré… lundi après-midi le forfait aussi inattendu que cavalier du HJK Helsinki, victorieux de l’édition 2017. Et un doute subsiste pour les déplacements par train de l’OGC Nice, du FC Sochaux en U17 et du Paris SG en U15.

Alors que l’AC Boulogne-Billancourt, un des meilleurs clubs formateurs de la région parisienne, palliera l’absence des Anglais de Derby Country, un seizième club en U17 reste donc à trouver. Loïc Le Ru a mis à profit le tournoi de Saint-Nazaire le week-end dernier pour nouer des contacts. Amiens et Valenciennes se sont déclarés intéressés pour l’édition… 2019, car ils ne seront pas disponibles à la prochaine Pentecôte. Les recherches continuent.

36è édition du Festival d’Armor : Des poules indécises

Le tirage au sort des deux tournois du Festival d’Armor auquel prêtait son concours le défenseur du Stade Brestois, Brendan Chardonnet, a eu lieu samedi soir à la salle Keraudy.

Le Festival changera de formule à l’occasion de sa 36è édition les 19, 20 et 21 mai, avec la réduction du nombre d’équipes en U15 (48 réparties en six poules au lieu de 80 jusqu’ici) et une sensible augmentation du nombre de participants en U17 (16 équipes au lieu de 12 les années précédentes). « Deux changements susceptibles d’apporter au Festival une nouvelle dynamique » espère son président, Yvon Lainé.

La compétition des U15, qui n’aura plus de consolante à son programme, se déroulera sur ces huits sites : Plougonvelin, Ouessant, Plouzané, Locmaria-Plouzané, Plouarzel, Ploumoguer, Saint-Renan et Guilers.

En U17, la phase éliminatoires par poules s’étalera désormais sur les journées du samedi et du dimanche, avec une compétition qui s’annonce indécise et relevée dans la plupart d’entre elles. Les premiers de chacun des quatre groupes seront directement qualifiés pour les demi-finales du lundi.

Parmi les 16 équipes invitées en U17 figurent pour la première fois l’OGC Nice et le FC Sochaux. Voici la constitution des quatre poules :

– Poule 1 : Le Havre AC, Standard de Liège, FC Lorient, Sélection du Finistère.

– Poule 2 : Stade Rennais, ESTAC Troyes, EA Guingamp, Derby County.

– Poule 3 : Stade Brestois, SM Caen, Stade Lavallois, Stade de Reims.

– Poule 4 : HJK Helsinki, KAS Eupen, FC Sochaux, OGC Nice.


Les groupes 
U15

Groupe A, à Plougonvelin :
ESC Coulogne, Paris SG, KAS Eupen (Belgique), Auray FC, FC Sélestat, GJ Saint-Mathieu 1.

Groupe B, sur l’île d’Ouessant :
Dinan Léhon FC, US Concarneau, OC Cesson, Saint-Amand FC, AL Coataudon, VGA Bohars.

Groupe C, à Locmaria-Plouzané :
AC Boulogne-Billancourt, EF Reims Saint-Anne, US Orléans, Montluçon Foot, ASC l’Eclair (Guadeloupe), GJ Saint-Mathieu 2.

Groupe D, à Plouzané :
Evry FC, Stade Brestois 29, Plouzané ACF , TA Rennes, Yana Sport Elite Academy (Guyane), GJ Arvor.

Groupe E, à Plouarzel :
FC Lorient, La Roche VF, US Lormont, Stade Plabennecois, AS Vitré, GJ Corsen.

Groupe F, à Ploumoguer :
Vannes OC, CPB Brequigny, JS Coulaines, AS Brestoise,  us Ghisonaccia, La Gauloise Basse-Terre (Guadeloupe).

Groupe G, à Saint-Renan :
US Quevilly-Rouen, CFF Paris, AS Le Mans Villaret, EA Saint-Renan, AS Plouvien, RA Mons Quevy (Belgique)..

Groupe H, à Guilers :
ASJ Aubervilliers, St Nazaire AF, EA Guigamp, Vendee Fontenay Foot, GDR Guipavas, GJ Guilers-Milizac

Le plateau quasiment constitué

Pour la 36e édition du Festival d’Armor, prévue les 19, 20 et 21 mai, le plateau est quasiment constitué. Sur les seize équipes qui prendront part au tournoi des U17, quinze sont déjà connues. A savoir : HJK Helsinki, victorieux l’an passé, KAS Eupen, Standard de Liège, Zaglebie Lubin (Pologne), SM Caen, OGC Nice, ESTAC Troyes, Stade Lavallois, Stade de Reims, FC Sochaux, Le Havre AC, Stade Brestois, FC Lorient, Stade Rennais, EA Guingamp. Pour le tournoi U15, qui réunira 48 équipes (au lieu de 80 précédemment) réparties en huit poules, la tête d’affiche sera le Paris SG et les rencontres de poules se dérouleront sur les huit sites suivants : Plougonvelin, Ouessant, Plouzané, Locmaria-Plouzané, Plouarzel, Ploumoguer, Saint-Renan et Guilers. Le tirage au sort des deux tournois aura lieu le samedi 24 mars, à partir de 18 h, à la salle de Kéraudy

Festival d’Armor : Voeux pour 2018

Nos voeux pour 2018 : Merci à vous tous, Bénévoles, Partenaires, Communes associées, Institutionnels, Public … Grâce à vous 2018, sera encore un bon cru … Avec une évolution du Festival cette année, 16 équipes U17 se disputeront le « Challenge Crédit Agricole ».
Les 48 formations U15 quant à elles évolueront sur le « Challenge Paysages d’Iroise »

Le comité directeur du Festival d’Armor

Festival d’Armor : le PSG à Plougonvelin !

Le tournoi U15 du Festival d’Armor de Plougonvelin, qui regroupera 48 équipes réparties en six poules de huit (au lieu de 80 les dernières années) et qui manquait d’une tête d’affiche, vient d’en enregistrer une belle avec l’accord donné par le Paris SG pour aligner une équipe lors de la 36e édition, les 19, 20 et 21 mai. En U17, parmi les seize équipes, sont déjà connus le HJK Helsinki, Le Havre, l’Apoel Nicosie, Nice et les clubs bretons de L1 et L2 (Brest, Guingamp, Lorient, Rennes).

Une nouvelle formule pour la 36ème édition

Le Président, Yvon Lainé et Aleseki Ollila, le milieu de terrain finlandais sacré meilleur joueur du tournoi

 

En dépit d’un dernier lundi de Pentecôte très perturbé par les mauvaises conditions climatiques, l’enthousiasme des organisateurs du Festival d’Armor de Plougonvelin n’a pas faibli pour la mise sur pied de la 36è édition prévue les 19, 20 et 21 mai 2018. Celle-ci donnera lieu à une nouvelle formule dans les tournois U15 et U17, comme l’explique le président, Yvon Lainé.

– L’organisation d’une journée de championnat en ligue et en district ce week-end-là sera-t-elle préjudiciable au Festival d’Armor?

« Non, parce qu’on a vite pris contact dès la publication des calendriers avec la ligue et le district. Ceux-ci ont favorisé l’inversion de matches seniors, afin de libérer des sites d’accueil du Festival d’Armor. Une journée de championnat U15 a même été différée. Leur bonne réaction évitera une concurrence qui aurait pu être fâcheuse ».

– En quoi consistera la nouvelle formule des deux tournois?

« Pour le tournoi U15, dont l’organisation était devenue très lourde en moyens humains, nous avons souhaité revenir à une participation plus réduite. Le nombre d’équipes passera de 80 à 48 qui seront réparties en huit poules de six.

S’agissant du tournoi U17, on a fait le choix au contraire d’engager 16 équipes au lieu de 12 jusqu’ici. Outre le retour du HJK Helsinki, victorieux de la dernière édition, nous avons déjà l’assurance d’avoir à l’affiche deux nouveau clubs, l’APOEL Nicosie et l’OGC Nice. Les quatre clubs bretons (Brest, Guingamp, Lorient, Rennes) seront bien sûr présents et nous avons noué de nombreux contacts avec les meilleurs centres de formation français ».

– Sur le plan financier, l’engagement du Festival d’Armor sera-t-il inchangé?

« Le budget avoisinera toujours 100.000 €. Et nous avons renouvelé le partenariat pour une durée de trois ans avec le Crédit Agricole, l’un des partenaires majeurs du Festival d’Armor ».

Tournoi des U17 (finale): Le HJK Helsinki, 14 ans après Dundee…

Submergé de bonheur, le  HJK Helsinki succède au palmarès au Havre AC qu’il a vaincu aux tirs au but (Photo Gauthier Le Roux)

 

Aleseki Ollila, le milieu de terrain finlandais sacré meilleur joueur du tournoi (Photo Gauthier Le Roux)

 

Le temps s’étant brutalement dégradé dans l’après-midi, c’est sous un sérieux coup de vent et sous une pluie très drue que le HJK Helsinki a renoué le fil des succès étrangers dans le tournoi des U17 aux dépens du Havre AC, dominé dans l’épreuve des tirs au but (1-1 et 4 tab. à 2). Quatorze ans après Dundee United qui avait pris le meilleur sur l’Espanyol Barcelone lors de la finale 2003.

« On est habitué aux basses températures chez nous mais pas à ce type de temps, à ce vent violent » soupirait Teemo Tainio, ancien joueur de l’AJ Auxerre et coach du HJK Helsinki, à la sortie de ce  tournoi dont l’issue a comblé tous ses vœux. « On est très content d’avoir gagné après l’épreuve des tirs au but où c’est toujours du 50/50. Alors qu’on en dispute deux par saison à l’étranger, ce tournoi constituera une bonne expérience pour nos joueurs ».

En revanche, pour Mickaël Le Baillif, l’entraîneur havrais, le verdict fut douloureux : « On a fait le match qu’il fallait. Malheureusement, nous avons raté les… trente dernières secondes ». Cette finale fut une histoire de penalties. Le Finlandais Oksanen réussit en effet à rééquilibrer le score in-extremis sur penalty, alors que Le Havre s’était arrogé de la même manière un court avantage par Loris Goubelle en première période.

Mais ce score de 1 à 1 a été un sacrifice à la logique tant les Scandinaves, parfois trop nerveux dans l’avant-dernière ou la dernière passe mais au bloc bien huilé, ont mis sur le reculoir en seconde période Le Havre AC qui n’aura donc pas pu rééditer son succès de 2016. En tout cas, celui-ci a trouvé un digne successeur au palmarès, sachant la belle maîtrise dont a fait preuve le HJK Helsinki tout au long de la compétition.

Guingamp rate de peu la dernière marche
La première demi-finale Helsinki – Stade Rennais n’a guère laissé de place au suspense puisque la première mi-temps suffit aux Finlandais pour asseoir leur domination  grâce à deux buts de leur milieu de terrain Akeseli Ollila, sacré meilleur joueur du tournoi. La suite du match se résuma à une bonne gestion de leur avantage.

En revanche, l’autre demi-finale disputée dans la tempête qui s’était levée se joua sur le fil du rasoir. Un but de leur n°10 Ateef Konate en début de rencontre permit aux Havrais de voir venir les Guingampais, dont la course-poursuite livrée dans de telles conditions fut courageuse mais inopérante. « Ça s’est joué à pas grand’chose » regrettait Frédéric Biancalani, l’entraîneur d’En Avant. « Sous un tel temps, l’équipe qui marquait la première prenait une grosse option sur la victoire. C’est dommage car le niveau du tournoi avait été homogène lors des deux premières journées ».

Par ailleurs, dans les matches de classement, l’épilogue de ce lundi fut plus réjouissant pour Troyes (5è du tournoi) et Caen (6è) que pour le FC Lorient (7è) et le Stade Brestois (8è), qui avaient raté de peu le train des demi-finales dimanche.

Y.J.

Tournoi U 15 (finale): Reims d’une courte tête

Le Stade de Reims succède en  U15 au Standard de Liège (Photo Gauthier Le Roux)

 

La finale des U15 s’est achevée sur le même score que celle des U17 : 0-0 et 4 tirs au but à 2. En faveur du Stade de Reims qui a dominé dans cet exercice l’USM Saran emmenée par son attaquant Samuel Genty, sacré meilleur joueur du tournoi.

Le succès des Rémois, qui s’était imposé en quart de finale face au Stade Lavallois (2-0) puis en demi-finale face au Stade Mayennais (1-0), récompense l’équipe qui possédait le meilleur fond de jeu. Mais le parcours de Saran, vainqueur des Guingampais en demi-finale (1-0) après sa qualification la veille face au Stade Brestois qui a fini toutefois la compétition nanti de la meilleure attaque (27 buts), force le respect.

Rappelons que dans les deux autres quarts de finale de la matinée, la décision s’est aussi faite aux tirs au but. A l’avantage de Guingamp face à Plabennec (0-0, 5 tirs au but à 3) et en faveur du Stade Mayennais face à Dinan-Léhon (0-0, 4 tirs au but à 2).

Tournoi des U17 (2è journée): Helsinki, Rennes, Guingamp et Le Havre dans le carré final

Les Finlandais du HJK Helsinki tout à leur joie après leur qualification pour les demi-finales aux tirs au but aux dépens des Brestois au second plan. (Photo Gauthier Le Roux).

 

Ce n’était pas tout à fait un temps à rester allongé sur la plage mais assurément des conditions propices à un spectacle footballistique de qualité. Aussi 2 à 3.000 spectateurs – une des plus belles affluences ici un dimanche de tournoi – ont-ils rallié le stade du Trémeur pour cette seconde journée du Festival d’Armor qui a vu le HJK Helsinki, le Stade Rennais, Guingamp et Le Havre AC se qualifier pour les demi-finales.

L’affiche de la finale 2016
Si les rencontres ont été de belle facture, elles n’ont été sanctionnées malheureusement que par un seul but. Celui de Nowfall Daikha inscrit à… 30 secondes de la fin du match pour le compte d’En Avant de Guingamp face au FC Lorient dans un match très équilibré, Guingamp opposant une bonne maîtrise collective à la plus grande vivacité des Lorientais.

Lors des trois autres matches, ce sont les tirs au but qui ont fait la décision. Il en fut ainsi pour le match entre Caen et Rennes, avare en occasions franches et où le fléau de la balance pencha en faveur des Rennais sur l’ultime tir au but de Dorian Bounab. Dans le match Le Havre-Troyes on aurait parié avant le match sur la puissance offensive des Havrais, mais l’ESTAC ne s’en laissa pas conter et priva son adversaire de solutions à l’approche de sa surface de réparation. Mais aux tirs au but, le HAC s’avéra le plus performant, ce qui lui vaudra d’affronter Guingamp en demi-finale dans une sorte de remake ou de revanche, selon les vœux de l’un ou l’autre camp, de de la finale 2016 où le dernier mot était resté aux Normands (2-2 et 5 tirs au but à 4).

Le Stade Brestois peut s’en vouloir
On attendait beaucoup de l’opposition du Stade Brestois et du HJK Helsinki, les deux équipes à avoir laissé la plus forte impression samedi. Et on ne fut pas décu tant le jeu prit vite de la hauteur sur les plans technique et physique.

Faisant preuve de vivacité et d’imagination dans leurs travaux de construction, mais pas suffisamment à la finition, les Brestois s’arrogèrent les plus belles situations de but en première période. Grâce à Rafiki Saïd qu’une blessure obligea ensuite à quitter le terrain et à son n°7 Yannick Padilla, privé d’un but pour hors-jeu. Mais à cette domination assez affirmée en première période le HJK Helsinki répondit ensuite par de meilleures initiatives offensives dues à son n°55 Banza et surtout à l’excellent manieur de balle, le n°19 Akseli Ollila, au crâne hérissé d’un catogan. Quand bien même l’attaquant brestois Matthias Phaeton, bien surveillé dans cette rencontre, se heurta sur la fin au très bon gardien Rasmus Leislathi.

Ce dernier se montra décisif dans l’épreuve des tirs au but (4-2) en repoussant les tentatives de Mendy et de Boungou Boko. Avec à la clé une vive amertume pour le groupe brestois et pour son coach Nicolas Mariller : « Je suis très déçu car on voulait finir la saison en beauté en remportant ce tournoi après de très bonnes prestations samedi. Mais, à l’image de son championnat, l’équipe n’a pas su enfoncer le clou, alors que je la voyais aller loin. Elle a manqué de réalisme en première période face à une très bonne formation d’Helsinki qui a eu une plus grande possession de balle en seconde période ».

Possédant les arguments pour redonner un vainqueur étranger au Festival d’Armor, depuis le succès de Dundee United en 2003, le HJK Helsinki sera opposé au Stade Rennais en demi-finale.

Y.J.

Le programme des demi-finales :

– A 14 h, Stade Rennais – HJK Helsinki.

– A 15 h, Le Havre AC – EA Guingamp.

 

Tournoi U15 (2è journée): Plabennec, le Stade Brestois et Guingamp peuvent rêver

Une vue du match Laval – Plouzané achevé aux tirs au but (3-1 pour Laval) en seizième de finale . (Photo Gauthier Le Roux).

 

Seule l’USM Saran a frappé fort lors des seizièmes de finale en passant quatre buts à Sainte-Anne de Reims (4-0), dont trois ont été l’œuvre du prometteur Samuel Genty qui doit rejoindre les rangs du Stade Brestois à l’intersaison.

Pour le reste des rencontres, celles-ci ont donné lieu à des scores très serrés voire à une décision rendue pour huit d’entre elles aux tirs au but. Une épreuve défavorable à Plouzané face à Laval, à l’AS Brestoise face à Bruz, au Vannes OC face à Champs-sur-Marne et au CEP Lorient devant Concarneau. Quant à la série finale entre le Stade Mayennais et le Triangle Uzel, elle fut étouffante (10 tirs au but à 9).

Victorieux déjà de l’AS Vitré de cette façon, le Stade Plabennécois a eu recours encore aux tirs au but pour éliminer Ménimur en quart de finale (0-0, 3 tirs au but à 1). Il pourra donc continuer à rêver de même que le Stade Brestois et Guingamp, victorieux sur le même score de 2-0 de Boulogne-Billancourt et du FC Bruz.

Le programme des quarts de finale :

– A 10 h 30, EA Guingamp – Stade Plabennécois; USM Saran – Stade Brestois.

– A 11 h 20, Stade de Reims – Stade Lavallois; Stade Mayennais – Dinan-Léhon.

Tournoi des U17 (1ère journée): Les Bretons et Helsinki montent dans les quarts

Débutée sous un beau soleil, puis en proie à des nuages finalement pas très menaçants, la journée initiale du tournoi des U17 s’est achevée sur une belle éclaircie pour les quatre clubs bretons tous qualifiés ce dimanche pour les quarts de finale. Ils sont accompagnés par Caen, Le Havre, Troyes et le HJK Helsinki, seule équipe étrangère à avoir passé le cut.

Un derby qui a profité à Brest et Guingamp
On attendait beaucoup de l’ultime affrontement de la journée entre le Stade Brestois et Guingamp. Par son intensité physique, ses quelques envolées techniques et par son suspense continu, la rencontre a tenu toutes ses promesses. Sauf au niveau du score. Mais le 1 à 1 permet aux deux équipes de laisser en route le Stade de Reims, corrigé d’entrée par les Brestois qui ont su tirer avantage (3-0) de l’opportunisme de Niels N’Kounkou, auteur de deux buts, du talent et de la puissance de Matthias Phaeton, leur leader d’attaque.

Les Brestois en découdront donc avec le HJK Helsinki qui a su bien filer sa pelote dans le groupe D. Faisant preuve d’une bonne circulation de balle et d’une solide occupation du terrain, les Finlandais ont d’abord partagé les points avec le FC Lorient (0-0), sans trouver là toute la récompense à leurs efforts, avant de dicter leur loi à la Real Sociedad (2-0). Retardés dans leur déplacement vers la pointe du Finistère, les Basques n’ont pas réussi à bien se remettre sur les rails, puisqu’ils durent subir également la loi des Lorientais (2-0), qui ont devancé Helsinki à la première place du groupe D grâce à une moyenne d’âge un peu plus basse. Avec à la clé un quart de finale aussi aguichant que délicat à livrer face aux Guingampais, auteurs de deux nuls ce samedi.

Les Normands bien aidés par leurs premiers succès
Faisant partie des équipes les plus séduisantes de cette première journée, les deux clubs normands seront aussi au rendez-vous des quarts de finale.

Bien outillé dans toutes ses lignes, Le Havre AC n’a pas fait dans le détail face à la sélection sénégalaise (5-0), avant de concéder le nul (0-0) face au Stade Rennais qui n’alignait pas tous ses meilleurs éléments, une partie d’entre eux prenant part au tournoi de Rezé ce week-end. Les Rennais butèrent ensuite sur la sélection sénégalaise qui s’était refait une santé sur le plan moral, pas suffisante toutefois pour éviter l’élimination.

Quant aux Caennais, ils ont eu la bonne idée de battre d’entrée l’ESTAC Troyes (2-1), avant d’échouer face à une équipe du KAS Eupen bien organisée. Cet avantage au goal-average particulier sur les Troyens leur offrit la première place du groupe, après que les joueurs de l’Aube, complètement revigorés, aient fait parler la poudre face aux Belges (3-0).

Résultat pour deux autres quarts qui promettent : Troyes devra se coltiner Le Havre, en quête d’un second trophée consécutif au Trémeur, quand Caen aura à défier le Stade Rennais.

LE PROGRAMME DES QUARTS DE FINALE

– A 14 h, SM Caen – Stade Rennais.

– A 14 h 50, Le Havre AC – ESTAC Troyes.

– A 15 h 40, Stade Brestois – HJK Helsinki.

– A 16 h 30, FC Lorient – EA Guingamp.

Cérémonie d’ouverture: Dans le bel écrin de Bertheaume

Organisée ce matin sous un beau et franc soleil, la cérémonie d’ouverture du 35è Festival d’Armor ne pouvait avoir plus bel écrin que le théâtre de verdure du fort de Bertheaume. Une initiative exprimée dès l’automne dernier par Louis Caradec  et Stéphane Corre et à laquelle avait vite souscrit Yvon Lainé, le président du Festival.

A l’exception bien sûr des cinq formations U15 parties en début de matinée vers Ouessant pour y disputer leur poule, toutes les équipes des deux tournois plougonvelinois avaient répondu à l’appel des organisateurs. La présence enjouée de Romain Thomas, le défenseur angevin devenu le parrain de cette 35è édition, a permis de jeter une passerelle sympathique entre le football professionnel et ces nombreux représentants du football amateur, parmi lesquels nombreux  sont ceux qui rêvent d’un destin similaire à celui de l’ancien arrière du Stade Brestois.

Cette cérémonie a été aussi l’occasion de la remise de la médaille de la Jeunesse et des sports par Pierre Léaustic à Anne-Marie Goualch, bénévole de longue date et très méritante du Festival d’Armor pour qui elle œuvre dans le service d’accueil des équipes au niveau de l’hébergement.

Fernando Torres a joué aussi au Trémeur

Plus de 80 joueurs français et étrangers ayant fait carrière dans la Ligue 1 de leurs pays voire de différents pays sont répertoriés dans la plaquette du Festival d’Armor. A ceux-là il faut rajouter les trois joueurs suivants.

– FERNANDO TORRES, l’attaquant international (110 sélections, 38 buts) de l’Atletico Madrid, vainqueur de la Coupe du monde 2010, de l’Euro en 2008 et 2012 et de la Ligue des champions avec Chelsea en 2012,  a foulé avec l’équipe de l’Atletico les pelouses du stade du Trémeur à la charnière des années 2000.

– YANN M’VILA, revenu cette saison au Rubin Kazan (Russie) après des détours par l’Inter Milan et Sunderland, a lui soulevé le trophée à Plougonvelin sous les couleurs du Stade Rennais.

– JEREMY MOREL, le défenseur lyonnais, a participé également au Festival d’Armor avec le FC Lorient au début des années 2000.

L’ex-Auxerrois Teemu Tainio, coach du HJK Helsinki

Ceux-ci qui l’ont vu évoluer comme milieu offensif sous la bannière de l’AJ Auxerre, de 1997 à 2005, se souviennent de Teemu Tainio, âgé aujourd’hui de 38 ans.

L’ancien joueur bourguignon, qui a évolué ensuite à Tottenham, Sunderland, Birmingham, Ajax Amsterdam, puis au New York Red Bulls, a fini sa carrière au HJK Helsinki. Il sera l’un des coaches de l’équipe U17 du club finlandais qui fait ses débuts au Festival d’Armor ce week-end.

Les résultats affichés sur grands écrans

L’affichage des résultats sur de grands panneaux a vécu au Festival d’Armor. Celui-ci innovera ce week-end, à l’occasion de la 35è édition, en les diffusant en temps réel, avec mise à jour instantanée des classements, sur de grands écrans disposés au stade du Trémeur

35è édition : le coup d’envoi samedi

Le théâtre de verdure du fort de Bertheaume, samedi matin, servira de cadre à la présentation des 92 équipes (12 en U17 et 80 en U15) et en même temps de rampe de lancement à la 35è édition du Festival d’Armor, dont le parrain sera Romain Thomas, l’ancien joueur du Stade Brestois et récent finaliste de la Coupe de France avec Angers SCO face au Paris SG.
1.840 joueurs et encadrants, près de 230 rencontres étalées sur tout ce week-end de Pentecôte, 800 bénévoles sur le pont dont 300 pour le seul site de Plougonvelin, la réunion de 7 à 8.000 spectateurs bon an mal an. Tels sont les chiffres avantageux du Festival dont la réputation n’est plus à faire auprès des meilleures écuries de jeunes de l’hexagone et auprès de nombreux clubs étrangers de renom.

U17 : un joli groupe d’ambitieux
Avec Le Havre AC, qui vient remettre son titre en jeu, la primauté des clubs français au palmarès des U17 a été affirmée en 2016 pour la douzième fois de rang.
Attestant de la qualité de la formation dans notre pays, cette trajectoire pourrait être prolongée par un joli groupe d’ambitieux dans lequel figurent les jeunes joueurs du HAC, quatrièmes de leur groupe national et sans doute pas prêts à abandonner facilement leur sceptre au Trémeur après lequel leur club a couru en vain lors de ses huit premières participations. Mais aussi le Stade Malherbe de Caen, second de ce groupe A national derrière le Paris SG et armé pour viser plus haut que ses 7è et 6è places récoltées lors de ses deux premières présences ici.
On n’aura garde d’oublier le Stade Rennais, recordman des succès à Plougonvelin (huit) et privé de demi-finale l’an passé aux tirs au but face au Havre. Et En Avant de Guingamp, soucieux de vaincre le signe indien après trois finales perdues au Trémeur lors des trois dernières éditions et privé du titre dans son groupe national lors de la dernière journée par le Stade Lavallois.
Le match Stade Brestois – Guingamp, samedi en fin d’après-midi, pourrait être d’ailleurs un tournant important de cette 35è édition où l’ambition du club stadiste sera d’apparaître enfin au palmarès. Plus difficiles à cerner sont les atouts de Reims, le vainqueur de 2015, de l’ESTAC Troyes, qui fera ses débuts au Trémeur, et du FC Lorient, quand bien même la victoire du FC Istres en 2012 est là pour rappeler que l’effet de surprise peut guetter le tournoi.

Quel club étranger pourrait imiter Dundee en 2003?
Et le bataillon étranger désireux de s’engager sur la voie victorieuse qui n’a plus été empruntée depuis Dundee United en 2003 ? Il sera fort de quatre équipes. Deux d’entre elles ont déjà fréquenté la pointe du Finistère à la Pentecôte : la Real Sociedad qui y revient pour la quatrième fois avec le souci d’en appeler de sa 9è place de 2016 et l’équipe belge du KAS Eupen, présente déjà en 2015 et qui a pallié la défection en début de printemps du Partizan Belgrade.
En revanche, il s’agira d’une première expérience au Trémeur pour le HJK Helsinki, considéré comme le plus grand club finlandais et dont le joueur emblématique fut Jari Litmanen avant que celui-ci devienne l’attaquant-vedette de l’Ajax Amsterdam au cœur des années 90, et pour l’Atlantique Club de Dakar qui remplacera l’AS Douanes de Dakar, dont le forfait a été très tardif.

U15 : la succession du Standard est ouverte
Attiré désormais par des tournois plus exotiques, comme celui de Dubaï, le Standard de Liège laissera ouverte sa succession en U15, après le titre acquis l’an passé aux dépens du CPB Bréquigny (0-0 et 5 tirs aux buts à 4).
Quatre-vingt équipes seront à nouveau en lice dans cette compétition. Parmi elles, trois viendront de l’étranger (la sélection d’Irlande du Nord, l’Union Saint-Gilloise, Sighetu Marmatiei) et deux de Guadeloupe (La Gauloise de Basse-Terre et l’Eclair de Petit-Bourg).
Aux nombreuses équipes bretonnes, qui s’étaient arrogé la première place du tournoi en 2013 (FC Lorient), en 2014 (Stade Brestois) et en 2015 (US Concarnoise) viendront se joindre 28 formations issues de diverses régions de France. Précieuse indication sur le niveau de plus en plus relevé de cette compétition : pas moins de 39 équipes émargent dans des championnats de DH!
La phase préliminaire se déroulera samedi et dimanche, sur les treize sites suivants : Plougonvelin, Locmaria-Plouzané, Plouarzel, Le Conquet, Plouzané, Saint-Renan, Ploumoguer, Lampaul-Plouarzel, Lanrivoaré, Bohars, Plabennec, Coataudon et, pour la première fois, Guilers.
Sur le quatorzième site, à Ouessant, la phase de poule aura des senteurs encore plus iodées et elle s’étalera sur toute la journée de samedi.
Que la fête commence!

Le KAS Eupen supplée le Partizan Belgrade

Le Festival d’Armor, pour sa 35è édition prévue les 3,4 et 5 juin, a eu récemment la mauvaise surprise de constater en U17 la défection du Partizan Belgrade. Pour remplacer le club serbe, le KAS Eupen a vite accepté l’invitation.

De son vrai nom, le Königliche Allgemeine Sportvereinigung Eupen, issu d’une des neuf communes germanophones de la province de Liège située en zone frontalière à 15 km d’Aix-La-Chapelle, n’est pas inconnu à Plougonvelin. Le club belge, dont l’équipe senior professionnelle a fini 13è sur 16 de la Première Ligue, a participé à l’édition 2015 du Festival qu’il avait achevée à la huitième place.

Dans le groupe A, le KAS Eupen sera opposé au Stade Malherbe de Caen et à l’ESTAC Troyes.

Ouessant prêt à accueillir sa poule de U15

C’est une habitude désormais bien ancrée. Pour la sixième année consécutive, l’île d’Ouessant accueillera une poule du tournoi U15, le samedi 3 juin.

Les grandes lignes de cette organisation ont été passées en revue lors d’une réunion samedi matin à la mairie de l’île, présidée par le maire Denis Palluel. Ont pris part à celle-ci du côté ouessantin André Toulan, l’homme-orchestre de ce rassemblement, Anaïk Boga, Marie-Noëlle Miniou et Marie-Josée Berthelé, qui représentaient Ouessant Sports Loisirs, Thierry Roland ainsi que Louis Petit et Kiki, qui font partie des célébrités locales. Le Festival d’Armor était représenté par Yvon Lainé, Loïc Le Ru et Gaël Le Ru.

Cette poule de U15 sera constituée de l’Ile d’Yeu, du Stade Brestois, du CFF Paris (Centre de formation de football), du RC Lesnevien et du GJP Saint-Mathieu 2, qui regroupe des joueurs de Plougonvelin, Ploumoguer et Locmaria-Plouzané.

Le voyage très convoité vers l’île – une sélection irlandaise a déjà manifesté son intérêt pour 2018 – est une première pour trois de ces cinq équipes. Mais pas pour l’Île d’Yeu qui l’effectue tous les deux ans et pour le Stade Brestois qui s’y était rendu en 2015.

Au total, 120 joueurs et accompagnateurs effectueront la traversée et une vingtaine de bénévoles locaux sera à nouveau mobilisée pour le bon déroulement de la journée.

« Ce rassemblement de jeunes joueurs fait partie des organisations majeures qui se déroulent chaque année sur l’île. A savoir : le Festival des fanfares, l’Ilophone, le tournoi de volley-ball qui va fêter ses 25 ans, le Tour de l’île à la marche et le tournoi de pétanque du 15 août » se plait à souligner Denis Palluel.

Quant à Yvon Lainé, il a laissé entendre que le Festival d’Armor pourrait apporter son aide à Ouessant Sports Loisirs pour une organisation extérieure au tournoi de football et qui reste à préciser.

Romain Thomas sera le parrain de cette 35è édition

Initialement, Jean-Marc Furlan, l’entraîneur du Stade Brestois, avait donné son accord pour être le parrain de cette 35è édition. Mais des raisons personnelles l’ont contraint à faire machine arrière.

C’est finalement Romain Thomas, le défenseur d’Angers SCO, qui sera le parrain des nos tournois. Originaire de Landerneau, où il est né il y a 28 ans, il a effectué sa formation au Stade Brestois. Mais son contrat de stagiaire n’ayant pas été transformé en contrat pro en 2010, Romain avait émigré en CFA à Carquefou, où il évolua durant trois saisons et où il connut une accession en National. Repéré à 25 ans par le club angevin, il en est devenu un élément majeur.

Après deux saisons en Ligue 2, il est sur le point de boucler une seconde saison en Ligue 1 avec la perspective d’une excitante demi-finale de Coupe de France à disputer face à En Avant de Guingamp.

Des poules qui promettent !!!

Ce matin, au siège de la Communauté de Communes du Pays d’Iroise à Lanrivoaré que préside André Talarmin a eu lieu le tirage au sort de la 35è édition du Festival d’Armor disputé les 3, 4 et 5 juin prochains. En présence de plusieurs élus du Pays d’Iroise et de la région brestoise, de partenaires du Festival, dont Bernadette Hindré (Crédit Agricole) et Yann Riou (Paysages d’Iroise), des organisateurs des tournois de Dirinon, Jean-François Kerdraon et André Le Moigne, mais aussi du jeune gardien du Stade Brestois originaire de Plougonvelin, Gautier Larsonneur, cinq petits Plougonvelinois arborant le maillot de l’USP ont procédé avec beaucoup de fraîcheur à la répartition des douze équipes de U17 dans les quatre poules qui leur sont réservées.

Le Partizan Belgrade, dernier engagé

Et celles-ci promettent pas mal de rencontres très serrées. Notamment dans la poule C où le Stade Brestois et le Stade de Reims devront batailler ferme s’il veulent faire entendre raison à En Avant de Guingamp, leader impressionnant de son championnat national et avide de mettre un terme à une série de trois finales consécutives et infructueuses depuis 2014.

Le pronostic sera tout aussi difficile à établir pour la poule B où les Sénégalais de l’AS Douanes Dakar seront aux prises avec Le Havre AC, victorieux enfin en 2016, et avec le Stade Rennais, le recordman des succès au stade du Trémeur (8).

Alors que le FC Lorient se retrouvera dans une poule très exotique avec le HJK Helsinki et la Real Sociedad pour adversaires, la poule A verra les débuts à Plougonvelin de deux équipes confrontées au Stade Malherbe de Caen. A savoir, l’ESTAC Troyes et le Partizan Belgrade précédé d’une réputation avantageuse, puisque le club serbe, engagé de dernière heure, figure en Europe au second rang des meilleurs clubs formateurs (53 pros issus en Europe de son centre de formation) derrière l’Ajax Amsterdam (63 pros).

« Le maintien d’un bon niveau sportif et le partage des valeurs qui ont fait la renommée du Festival » sont les deux souhaits qu’exprime le président du FA, Yvon Lainé. Quant à Loïc Le Ru, en charge du recrtument des équipes avec Eric Cornou et Stéphane Donnart, il se dit déjà « impatient de voir à l’œuvre le Partizan Belgrade, les Sénégalais de l’AS Douanes et Guingamp qui fait pour moi office de grand favori ».

– Poule A : SM Caen, ESTAC Troyes, Partizan Belgrade.

– Poule B : Le Havre AC, AS Douanes Dakar, Stade Rennais.

– Poule C : Stade de Reims, Stade Brestois, En Avant Guingamp.

– Poule D : HJK Helsinki, Real Sociedad, FC Lorient.


U 15 : quatre équipes étrangères

En U15, un impressionnant plateau de 80 équipes a été à nouveau constitué. Seize poules éliminatoires seront disputées à Plougonvelin, Locmaria-Plouzané, Plouarzel, Ouessant, Le Conquet, Plouzané, Saint-Renan, Ploumoguer, Lampaul-Plouarzel, Lanrivoaré, Guilers, Bohars, Plabennec et Coataudon..

Quatre équipes étrangères figurent dans le lot : une sélection d’Irlande du Nord, le Towcester Town FC (Angleterre), l’Union Saint-Gilloise (Belgique) et Sighetu Marmatiei (Roumanie). Et également deux formations de Guadeloupe, la Gauloise de Basse-Terre, dont ce sera la troisième participation, et Petit-Bourg, une commune proche de Pointe-à-Pitre.
Découvrez le Plateau U15

Opération poules : c’est reparti!

 

Kot, kot, kot, kaaaadetttt! L’opération 3P (Poules composteuses, Poules pondeuses, Planète heureuse) inaugurée en 2016 vit sa seconde édition, depuis le 1er mars et jusqu’au 30 mars, dans sept agences du Crédit Agricole : à Plougonvelin, au Conquet, à Lannilis, Milizac, Plabennec, Ploudalmézeau et à Saint-Renan.

Attachés à la défense de l’environnement, le Festival d’Armor et la Fondation du Crédit Agricole du Finistère ressortent leur redoutable arme anti-déchets. Grâce à leur efficacité dans l’ingestion quotidienne des déchets organiques de leur domicile de résidence, les poules font preuve d’un talent avéré pour le compostage et elles participent ainsi, à leur manière, à la sauvegarde de l’environnement.

Cent poules sont à adopter. Le tirage au sort des gagnants, qui se seront inscrits dans les agences précitées du Crédit Agricole, aura lieu le samedi 1er avril à l’issue de la présentation de la 35è édition du Festival d’Armor au siège de la CCPI à Lanrivoaré.

La liste des gagnants sera publiée dans ces sept agences bancaires et sur le site internet du Festival d’Armor. Chaque gagnant sera averti par un courrier postal, afin de récupérer les poules chez notre fournisseur.

Cette seconde édition de l’opération 3P donne lieu à une collaboration avec l’association environnementale « Ar Viltansoù » du Conquet qui œuvre depuis plusieurs années au nettoyage des plages du Conquet et de Plougonvelin.

Le samedi 18 mars, lors d’une nouvelle opération de nettoyage qui méritera la présence d’un grand nombre de volontaires, 10 poules (2×5) seront offertes sur place à des bénévoles intéressés.

Par ailleurs, deux poules seront attribuées à l’école publique de Plourin-Ploudalmézeau pour peupler le poulailler de l’école qui a été construit par les élèves de CM.

CLIQUEZ ICI POUR TÉLÉCHARGER

Jean-Marc Furlan parrain du 35è Festival d’Armor

Après Bruno Grougi en 2016, un autre stadiste brestois sera le parrain de la 35è édition du Festival d’Armor, disputée les 3, 4 et 5 juin prochains. En l’occurrence Jean-Marc Furlan l’entraîneur de l’équipe brestoise avec qui il réalise une excellente saison 2016-2017, puisqu’elle occupe la tête du championnat de Ligue 2 avec quatre et cinq points d’avance sur ses rivaux pour l’accession en Ligue 1. Un véritable coup de maître pour l’ancien coach de Troyes qu’il avait fait monter trois fois en L1, Nantes, Strasbourg et de Libourne Saint-Seurin, point de départ de sa carrière d’entraîneur après un parcours de joueur pro bien rempli.

Habile meneur d’hommes, Jean-Marc Furlan véhicule aussi l’image d’un entraîneur qui a fait de la défense du beau jeu tourné vers l’offensive son cheval de bataille. Un parfait promoteur pour le prochain Festival d’Armor.

35è édition du Festival d’Armor : Déjà 11 équipes retenues en U17

Photo de JM Louarn.       (La Real Sociedad contre le Standard de Liège lors de la 34ème édition)

 

Le Festival d’Armor fêtera sa 35è édition les 3, 4 et 5 juin. Et déjà l’affiche du tournoi international des U17 est quasiment constituée avec l’officialisation de la présence de 11 équipes sur les 12 qui constitueront le plateau.

Le Stade Brestois, le Stade Rennais, le FC Lorient et En Avant de Guingamp seront bien sûr présents à ce rendez-vous. De même que Le Havre AC, le SC Bastia et le Stade de Reims qui fera le voyage vers le Finistère en compagnie de Troyes. Ce sera la première apparition de l’ESTAC au stade du Trémeur.

S’agissant de la représentation étrangère, trois clubs sont déjà retenus : la Real Sociedad (Espagne), présente l’an dernier, le HJK Helsinki (Finlande) et l’AS Douanes, un club souvent titré au Sénégal.

Pour la participation d’un quatrième club étranger, des contacts ont lieu depuis quelques jours avec Palerme et Southampton, alors que le FC Porto a décliné l’invitation de Plougonvelin pour une raison de calendrier.

Pour le tournoi des , d’ores et déjà 64 équipes sont engagées sur les 80 présentes dans cette compétition. Des contacts existent là aussi avec une sélection d’Irlande du Nord, des équipes d’Algérie, du Bénin, du Maroc et du Gabon.

Roberto Cabanas fut le parrain du Festival d’Armor en 2008

Le décès de Roberto Cabanas à 55 ans d’un infarctus dans la nuit de samedi à dimanche à Asunción (Paraguay) a eu une résonance particulière à Plougonvelin et au niveau du Festival d’Armor.

En 2008, l’attaquant guarani, qui écrivit quelques unes des plus belles oeuvres du Brest Armorique à la fin des années 80, avait effectué son dernier voyage dans le Finistère en compagnie de sa belle épouse colombienne et de ses deux enfants, en devenant le parrain du Festival d’Armor. Il put mesurer au stade du Trémeur que sa cote de popularité dans la région brestoise était restée très élevée.

A cette occasion, Roberto Cabanas avait pris part à un match amical en compagnie d’autres anciens joueurs pros (Coco Martins, Patrice Chanelet) et d’anciens joueurs de l’US Plougonvelin qui raviva bon nombre de souvenirs joyeux dans le public du Festival. Adios Roberto!

Roberto Cabanas – Jean Luc Feunteun (Président du FA) et Corentin Martins interviewés par Bernard Alençon

Festival d’Armor (3è journée) Le Havre AC enfin sacré!

Photo Michèle CESSOU

Sa neuvième participation au Festival d’Armor a été la bonne pour Le Havre AC. Il a été enfin sacré (aux tirs au but) face à de valeureux Guingampais qui n’ont rien lâché dans cette finale ô combien indécise.

Les coups de pied arrêtés ont été le plus souvent déterminants dans cette journée finale, les quatre équipes présentes en demi-finales ayant été de valeur très proche. Et les tirs au but ont permis à chaque fois d’établir la hiérarchie de cette édition d’une belle tenue concernant les formations françaises.

Ainsi, après avoir ouvert le score face à Bastia par Yanis Nchiete et s’être fait rejoindre sur un autre coup-franc d’Olivier Giannoni, Guingamp arracha le premier billet pour la finale grâce à 4 penalties à 3.

Une finale très acharnée

Dans l’autre demi-finale opposant Le Havre à Nantes les chiffres furent à peu de choses près les mêmes. Mais le jeu se révéla plus séduisant entre deux équipes qui ne voulaient rien céder et qui multiplièrent les travaux d’approche pour s’imposer. Il reste qu’à un beau coup de tête renversé du n°10 nantais, Romain Emmanuel, Le Havre répondit par un coup-franc bien enroulé de son talentueux et longiligne n°6, Pape Alassane Gueye, déjà très performant samedi et qui allait être désigné à la fois meilleur joueur et meilleur buteur de ce Festival d’Armor.

Restait en présence de 3 à 4.000 spectateurs à décider en finale entre Guingamp et Le Havre qui allait enfin ouvrir son palmarès ici. Pour En Avant, il s’agissait de sa troisième finale consécutive. Pour Le Havre, une présence à ce stade de la compétition relevait de la nouveauté.

Cette rencontre terminale tint toutes ses promesses. Elle s’avéra très acharnée et donna lieu à un jeu de qualité. Le capitaine et n°7, Seref Can Buyuk, débloqua le premier le tableau d’affichage, grâce une frappe en pleine lucarne sur coup-franc, au profit du Havre qui commit l’erreur de trop reculer en début de seconde période. Cela favorisa le retour de Guingamp sur une belle tête de Charly Keita, avant un penalty généreusement accordé à En Avant et transformé par Virgile Thérésin. Mais ce bon libero, après l’égalisation du Havre à 2 à 2, eut l’infortune de rater l’ultime tir au but dans la série qui devint là aussi inévitable.

« Cette première victoire à Plougonvelin récompense le contenu très intéressant de notre saison » savourait le coach normand Michael Le Baillif. « On l’apprécie d’autant plus que nous avions échoué en demi-finale l’an dernier avec quasiment le même groupe ».

U15 : le Standard avait le bon numéro

Sur le palmarès de cette 34è édition du Festival d’Armor figurera finalement une équipe étrangère, alors que la majorité d’entre elles, on le sait, n’ont pas été à la fête durant le week-end. En l’occurence le Standard de Liège qui est venu à bout aux tirs au but (0-0, 5 tab. à 4) du CPB Rennes Bréquigny.

Bréquigny a dicté sa loi auparavant à une valeureuse AS Brestoise (3-1) qui venait d’éliminer là aussi aux tirs au but le Stade Malherbe de Caen en quart de finale. Dans l’autre demi-finale, le Standard au jeu plus élaboré n’a guère laissé espérer l’US Concarnoise (2-0), qui avait éliminé auparavant le FC Lorient, avant de voir donc la porte d’un second succès consécutif au Trémeur se fermer brutalement. A noter que six équipes bretonnes ont pris part aux quarts de finale.

Y.J.

Festival d’Armor (2è journée) : Guingamp, Bastia, Le Havre et Nantes dans le dernier carré

Photo de JM Louarn.

Apparu en seconde partie d’après-midi, le soleil s’est fait désirer pour la seconde journée du Festival d’Armor dans un stade du Trémeur plutôt bien garni. A l’instar des clubs qualifiés sur des scores étriqués pour les demi-finales disputées ce lundi et qui ont pour noms Guingamp, Bastia, Le Havre et Nantes.

L’épreuve des tirs au but fut nécessaire pour départager Guingamp et Caen (5 à 4 en faveur d’En Avant). Les Costarmoricains pensaient avoir fait le plus dur en ayant pris l’avantage sur un but de Sabri Haddadou. Mais Caen trouva les ressources pour égaliser par Herman Moussaka. Finaliste en 2014 et 2015, Guingamp peut rêver d’un même destin en ce lundi de Pentecôte.

U17 : la puissance des Havrais

 

Dans le plus beau quart de finale de l’après-midi opposant le Stade Rennais et Le Havre, le dernier mot est resté aux Normands dans l’épreuve-couperet (6 tirs au but à 5). Cette rencontre aurait mérité de s’achever sur un score plus éclatant qu’un 0 à 0 car les ingrédients mis par les deux équipes furent de qualité : engagement sans faille, maîtrise tactique et technique, volonté constante d’aller de l’avant en s’appuyant de défenses bien en place.

Leur premier succès en neuf participations au Festival d’Armor pourrait couronner le parcours des Havrais entamés pourtant dans la douleur samedi face au FC Nantes (0-1). Dans ce qui apparaît un peu comme une finale avant la lettre, ils auront l’occasion de se rattraper en demi face à la formation de Loire-Atlantique. Celle-ci a également impressionné par sa bonne gestion du match face à Reims qu’elle mit assez vite sur le reculoir et qu’elle a fini par vaincre, à l’issue d’un corner, d’une belle reprise sous la barre de Hugo Bourin.

Enfin, Bastia a réédité face au FC Lorient son coup fumant de samedi face à la Real Sociedad (1-0), grâce à un but vite inscrit par son avant-centre Axel Raphaël. Habiles à faire déjouer l’adversaire, les jeunes joueurs de Haute-Corse ont réussi ensuite à épuiser les Morbihannais dans des courses vaines car dénuées d’occasions.

Les demi-finales seront donc les suivantes : Guingamp – Bastia, Le Havre – Nantes. Des rencontres déjà vécues en poules éliminatoires et qui avaient donné lieu à ces scores : 0-0 et 0-1. Autant dire que le pronostic pour la finale s’annonce ardu.

U15 : l’AS Brestoise au rendez-vous

Dans le tournoi des U15, l’AS Brestoise fait encore preuve d’une belle tenue, puisqu’elle sera au rendez-vous des quarts de finale. Suite à son succès sur Aulnay (3-0), elle affrontera le Stade Malherbe de Caen à qui le voyage tonifiant de samedi à Ouessant a donc profité.

Autres valeurs sûres de ce tournoi année après année, le Vannes OC  et l’US Concarnoise en découdront avec le CPB Bréquigny et le FC Lorient.

Quant aux Rennais, ils défieront le Standard de Liège, seule équipe étrangère à se mettre en évidence dans cette 34è édition du Festival d’Armor.

Y.J.

Festival d’Armor (1ère journée) : Les Français font carton plein

Il faudra encore patienter pour qu’un club étranger inscrive son nom au palmarès du Festival d’Armor après Dundee United en 2003. Les clubs français ont en effet fait la loi lors de la première journée en fournissant les huit qualifiés pour les quarts de finale qui seront disputés ce dimanche après-midi au stade du Trémeur.

La victoire lors du premier match dans ces poules de trois équipes eut souvent un caractère déterminant. Ainsi la Real Sociedad ne s’est jamais remise d’un but encaissé au bout de… vingt secondes de jeu face au SC Bastia qui géra ensuite son avantage sans s’affoler. Il en alla de même pour En Avant de Guingamp, victorieux également des Espagnols (2-1), avant de partager les points avec les Corses.

La Sampdoria et le Standard également piégés

La Sampdoria de Gênes ne fut pas au niveau où on l’espérait. Manquant de jump dans les travaux offensifs, elle ne se montra pas non plus assez solide défensivement pour enrayer le bon jeu de contre des Rémois, aussi séduisants que l’an dernier, ou pour gommer le plus grand réalisme des Rennais. Deux équipes qui ont fait valoir les atouts supérieurs de la formation à la française.

La remarque vaut aussi pour le FC Lorient, seul club avec Rennes à totaliser deux succès, et le Stade Malherbe de Caen, qui ne laissèrent pas espérer le Standard de Liège, battu lors de ses deux rencontres de l’après-midi (4-0 et 2-0). Quant à la confrontation des Normands et des Merlus, elle tourna à l’avantage de ces derniers sur un superbe coup-franc de Jérémy Le Saos (1-0).

Dans la seule poule réunissant trois équipes françaises, le Stade Brestois n’a pu forcer le chemin des quarts de finale. Il a subi la loi d’une excellente équipe havraise et du talent de son n° 6, Pape Alassane Gueye, auteur de deux superbes buts, une frappe très sèche au ras du poteau et un lob d’une quarantaine de mètres qui firent impression dans un stade du Trémeur baigné de soleil. Vainqueur assez heureux du Havre (1-0), le FC Nantes condamna les Brestois en partageant les points avec lui (2-2).

Des quarts prometteurs

Le programme des quarts de finale sera donc celui-ci : Guingamp – Caen; Lorient – Bastia; Rennes – Le Havre; Nantes – Reims.

Bien malin qui pourrait désigner à l’avance la composition du dernier carré pour les demi-finales de lundi, tant ces équipes semblent se tenir de très près. On ne s’en plaindra pour le suspense et pour l’intérêt de ce tournoi U17 ans à qui il manquera néanmoins une touche d’exotisme, avec les éliminations précitées.

Quant au tournoi des U15 ans, il finira ce dimanche, à l’exception de la poule d’Ouessant bouclée en une journée, sa phase éliminatoire au cours de laquelle le prix de la meilleure ambiance peut être à nouveau attribué aux chaleureux supporters de l’ES Wasquehal, ravis des deux victoires de leur équipe face à Romillé et Cesson. Ceux là dans leur voyante tenue jaune n’ont pas fini de chanter à tue-tête…

Y.J.

Cérémonie d’ouverture : Une joyeuse assemblée à Keraudy

L’amphithéâtre de Keraudy a été le réceptacle ce matin d’une joyeuse assemblée lors de la cérémonie d’ouverture du Festival d’Armor. Sur les 1.472 joueurs réunis lors de ces trois jours de tournois seuls manquaient à l’appel les joueurs des cinq équipes de U 15 ans partis le matin disputer leur poule éliminatoire à Ouessant. Ouessant justement qu’a rejoint en début d’après midi avec sa femme et ses deux fils Bruno Grougi, le parrain très disponible de cette 34è édition entamée sous un beau et chaud soleil propre à donner encore plus d’éclat à cette grande fête populaire étalée sur treize sites pour ses deux premières journées.
DSCN8058 (2)

Bruno Grougi, Bernard Gouérec et Yvon Lainé tout sourire à l’issue de la cérémonie d’ouverture.

34è Festival d’Armor : La Sampdoria en tête de gondole

Pour sa première visite, la Sampdoria de Gênes sera la tête de gondole du Festival d’Armor disputé durant ces trois jours de Pentecôte et qui établira, pour sa 34è édition, un record de participation avec 92 équipes (12 en U17 ans, 80 en U15 ans) et 1.472 joueurs.

Le club italien, révélé à l’Europe entière lors des saisons de feu du tandem Mancini-Vialli au début des années 90, va susciter inévitablement une forte curiosité. De même que les retours de la Real Sociedad et du FC Nantes ou la présence inédite du Sporting Club de Bastia qui plaident tous pour une sensible élévation du niveau de la compétition des U17 ans ouverte de nouveau à une douzaine d’équipes.

Un terrible groupe C

Les jeunes Liguriens devront faire preuve rapidement de la rigueur et du réalisme, caractérisant généralement le football transalpin, pour espérer sortir sans encombre du terrible groupe C, évoquant un peu « le groupe de la mort ». Sur leur route se dresseront en effet le Stade de Reims, brillant vainqueur de l’édition 2015 (3-1 en finale face à Guingamp) et le Stade Rennais, fort de huit succès ici mais privé l’an passé de demi-finale par deux revers le dimanche face au Havre et Reims justement.

Finaliste pour sa part à deux reprises, en 1986 et 1987, la Real Sociedad sera confrontée d’entrée aux Bastiais et à En Avant de Guingamp, finaliste en 2014 et 2015 et dont l’ambition peut être facile à deviner.

La troisième équipe étrangère, le Standard de Liège, de retour au Trémeur pour la douzième fois, aura pour premiers adversaires le Stade Malherbe de Caen, septième en 2015 pour ses débuts à Plougonvelin, et le FC Lorient qui aura à sa racheter d’une élimination en poule l’an dernier.

Enfin, le Stade Brestois, toujours présent depuis 1981 mais jamais titré, sera à l’épreuve du FC Nantes dont les trois succès en 1993, 1998 et 2000 sont toujours dans les mémoires des habitués du Festival et du Havre AC qui a accepté de remplacer au pied levé le FC Metz, retenu par une finale de coupe de Lorraine.

Des équipes étrangères soucieuses de leur bonne réputation et le bataillon de belles équipes françaises et bretonnes militent pour la cohérence et le spectacle attendus de cette 34è édition.

U15 ans : Concarneau remet son titre en jeu

Sur treize sites (Plougonvelin, Le Conquet, Ouessant, Plouzané, Locmaria-Plouzané, Plouarzel, Lampaul-Plouarzel, Ploumoguer, Saint-Renan, Lanrivoaré, Bohars, Plabennec et Coataudon) seront disputées à nouveau les poules éliminatoires du tournoi des U15 ans.

Parmi les 80 équipes réparties en seize poules, figureront des formations belges (RU Saint-Gilloise, Standard de Liège, AC Estaimbourg), roumaine (Css Baia Mare), une formation de Guadeloupe (La Gauloise de Basse-Terre) et une autre de la Réunion (JS Saint-Pierroise) qui donneront une grande diversité à ce tournoi fréquenté aussi par le Stade Malherbe de Caen, le Racing CF Toulon et une multitude de clubs bretons. Les candidats à la succession de l’US Concarnoise, à commencer par celle-ci, seront légion dans ce tournoi devenu l’un des plus importants de France de sa catégorie d’âge.

A quelques encablures de la mer d’Iroise, trois jours de fête (totalement gratuite) vous attendent. Laissez vous bercer!

Yvon Joncour

Le Festival d’Armor en brèves

– LES CHIFFRES DU FESTIVAL : 100.000 € de budget. 12.000 spectateurs attendus en trois jours sur les treize sites. 800 bénévoles sur le pont. 25 équipes de U 15 ans hébergées dans diverses communes du Pays d’Iroise.

– LE FC NANTES ET LE SC BASTIA se sont mis d’accord pour voyager dans le même bus entre la Loire-Atlantique et Plougonvelin. Une visite des installations de la Jonelière est prévue pour les jeunes insulaires.

– LES RESULTATS des deux compétitions seront, pour la première fois, affichés sur des écrans télé au stade du Trémeur.

– L’ACTRICE NADEGE BEAUSSON sera l’invitée dimanche à Plougonvelin de l’association « La Fée du bonheur », venant en aide aux enfants malades et hospitalisés, dont la cause sera à nouveau défendue par le Festival.

– DIX REGIONS  sur les douze que la France compte désormais seront représentées durant ces tournois.

– BRUNO GROUGI, le parrain de cette 34è édition, sera présent samedi après-midi à Ouessant et lundi après-midi à Plougonvelin.

Tournoi des U17: Le Havre supplée Metz

Les organisateurs du Festival d’Armor ont dû pallier le récent forfait du FC Metz qualifié pour la finale de la coupe de Lorraine le samedi 14 mai. Grâce à la diligence de Michael Le Baillif le coach des U17 ans normands c’est Le Havre AC qui a accepté de fournir au pied levé le 12ème club engagé dans le tournoi des U17 ans à Plougonvelin. Ce qui ne nuira pas à la cohérence du plateau présenté.

Bruno Grougi parrain de la 34è édition en 2016

A 33 ans (il les aura le 26 avril), Bruno Grougi effectuera un retour aux sources en devenant le parrain de la 34è édition du Festival d’Armor.

Il avait pris part en effet, en 1995, au tournoi des moins de 13 ans avec le Stade Malherbe de Caen, son club formateur, et il avoue avoir gardé un souvenir ébloui « de cette chance de pouvoir affronter les meilleures équipes de sa catégorie d’âge » et de tous les bons moments de camaraderie vécus avec ses coéquipiers lors de ce week-end de Pentecôte.
Figure emblématique du Stade Brestois dont il porte le brassard de capitaine et où il boucle sa septième saison, Bruno ne cache pas le plaisir d’avoir été choisi par les dirigeants plougonvelinois pour venir apporter le soutien d’un pro d’expérience à de jeunes apprentis footballeurs. Avec ce sourire qu’il promène fréquemment.

Tirage au sort de la 34ème édition

Tirage au sort des U17 ans : Quatre groupes prometteurs

Le siège de la CCPI (Communauté de communes du Pays d’Iroise) à Lanrivoaré a accueilli ce samedi matin le tirage au sort de la 34è édition du Festival d’Armor, qui se déroulera les 14, 15 et 16 mai prochains.

Autour du président André Talarmin avaient pris place : Bernadette Hindré et Michel Jacq (Crédit Agricole), Didier Le Gac (conseiller général), Bernard Gouérec et Stéphane Corre (maire et adjoint aux sports de Plougonvelin), Didier Pluvinage (maire de Ploumoguer), Yvon Lainé (président du Festival), Yann Riou (Paysages d’Iroise), Alain Le Floch (président du district de football du Finistère-Nord) et Bruno Grougi (Stade Brestois) qui parrainait ce tirage.

Quatre groupes de trois équipes – dont un redoutable groupe C réunissant la Sampdoria de Gênes, le Stade de Reims et le Stade Rennais – ont été tirés au sort en U17 ans qui laissent envisager une compétition plus relevée que les précédentes et très prometteuse dès le samedi de Pentecôte. En U15 ans, pas moins de seize groupes de cinq équipes ont été constitués (voir le détail des groupes avec les onglets ci-dessus).
>>> Découvrez le plateau U17 – Le Challenge Crédit Agricole
>>> Découvrez le plateau U15 – Le Challenge Paysages d’Iroise

Tous les intervenants se sont plu à souligner la longévité et les mérites du Festival d’Armor avec lequel, au niveau des clubs, seul peut rivaliser dans l’hexagone le tournoi de Croix (Nord). Si Didier Le Gac a fait remarquer le haut niveau de pratique sportive dans le Finistère (« Avec 270.000 pratiquants , le département se classe au troisième rang national »), Alain Le Floch considère « comme un honneur d’avoir dans son district un tournoi international de ce niveau, à côté de ceux de Morlaix, Guipavas et Dirinon. J’ai toujours été sensible et admiratif du travail effectué, du savoir-faire, du professionnalisme qui font depuis 34 ans de ce Festival d’Armor un rendez-vous de qualité ».

Bruno Grougi : « Des moments magiques »

Bernardette Hindré a voulu mettre l’accent sur « l’action environnementale qui est adossée, avec l’aide de la Fondation du Crédit Agricole du Finistère, à une manifestation sportive de qualité ». A savoir l’Opération 3P (Poules composteuses, Poules pondeuses, Planète heureuse) dont le rôle en faveur de l’environnement n’est pas à dédaigner pour Bernard Gouérec.
>>> Découvrez la liste des gagnants

Stéphane Corre, pour sa part, a vanté « le travail conséquent accompli sur toute l’année par le comité directeur du Festival d’Armor pour organiser ces tournois ». Tout en souhaitant la réunion, un jour, de 100 équipes dans le tournoi des U15 ans » pour lequel l’action des communes associées et des familles d’accueil est toujours très important » commente Yann Riou.

Puis, ce fut au tour d’Yvon Lainé de transmettre le ballon en profondeur à Eric Cornou et Loïc Le Ru, chargés d’exposer les forces en présence dans les deux tournois.

Le mot de la fin? On le laissera à Bruno Grougi, contraint de refuser pour des raisons familiales le rôle de parrain du Festival mais qui pourrait assister à sa grande présentation lors de la matinée du 14 mai à Keraudy : « Pour tout joueur, ce sont toujours des moments magiques de disputer un tel tournoi face à de tels adversaires. Merci aux dirigeants de Plougonvelin d’organiser ce Festival d’Armor depuis 34 ans ».

La Sampdoria de Gênes vient dorer l’affiche en U17 ans

L’affiche du 34è Festival d’Armor vient de gagner encore en éclat, avec l’officialisation en début de week-end de la venue de la Sampdoria de Gênes dans la compétition des U17 ans.

Poids lourd de la série A, le grand club italien s’est surtout fait connaître en Europe à la croisée des années 80 et 90, quand il remporta le titre de champion d’Italie (1991), la Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe (1990) et quatre coupes d’Italie (1985, 1988, 1989, 1994) sous la houlette de son duo de feu en attaque Gianluca Vialli – Roberto Mancini. Il n’échoua qu’en finale de la Ligue des champions 1992 face à Barcelone (0-1 après prolongations).

Le club de Ligurie, qui lutte aujourd’hui pour conserver sa place en série A où il pointe au quatorzième rang, a aussi accueilli bien d’autres joueurs de premier plan comme Pagliuca, Vierchowod, Lombardo, Katanec, Briegel, Platt, Gullit, Seedorf, Veron, Brady et Souness.

La Samp’ sera donc le cinquième club italien à découvrir le Festival d’Armor, après l’AS Roma, Bari et deux clubs de jeunes de Turin.

Ce sera aussi, avec la Real Sociedad et le Standard de Liège, la troisième équipe étrangère de la compétition où la représentation française sera la suivante : FC Nantes, SC Bastia, FC Metz, Stade de Reims, SM Caen, Stade Brestois, Stade Rennais, FC Lorient et EA Guingamp. Un plateau qui fait saliver!

Quand Ouessant accueille le Festival d’Armor

Avec à sa tête Yvon Lainé, président du Festival, et Stéphane Corre, adjoint aux sports, une délégation du Festival d’Armor complétée par Loïc Le Ru, Jean-Michel Gélébart et Gaël Le Ru a été accueillie dans un climat très convivial, samedi dernier, à Ouessant par le maire, Denis Palluel, qui était accompagné d’Annaïck Boga, présidente d’Ouessant Sports Loisirs, et d’André Toulan, responsable de la poule du tournoi sur l’île.
Pour la septième année consécutive, l’île d’Ouessant accueillera en effet une poule du tournoi des U15 ans, le samedi 14 mai. Celle-ci sera composée de la Royale Union Saint-Gilloise (un club de la banlieue de Bruxelles), le Stade Malherbe de Caen, le CA Lisieux, les Gars du Reun de Guipavas et les Arzelliz Ploudalmézeau.

« Toutes les îles n’ont pas ce privilège »

« Le déroulement de cette poule constitue une animation importante sur l’île. Elle permet d’y maintenir un peu de football et c’est l’occasion d’assister à de super rencontres. Toutes les îles n’ont pas ce privilège de pouvoir accueillir un tournoi doté du label FIFA » se plaît à souligner Denis Palluel. « L’autre intérêt de ce tournoi est de pouvoir faire venir tous les deux ans une formation de l’île d’Yeu ».

« Jouer à Ouessant est une belle vitrine pour le Festival d’Armor » souligne Yvon Lainé. « L’un des objectifs du Festival d’Armor était de s’agrandir et de tendre la main aux autres communes proches de Plougonvelin. Du coup, il était naturel de se tourner vers Ouessant pour partager cet événement. Jouer des matches d’un tel niveau sur une île est vraiment une originalité en France » ajoute Stéphane Corre.

Située entre deux des manifestations d’OSL – le tournoi de volley au profit de la lutte contre la mucoviscidose le 23 avril et le festival des fanfares le 5 mai – cette phase du tournoi U 15 ans donnera lieu à l’attribution d’un trophée à l’équipe vainqueur. Les deux premières équipes de la poule prendront part ensuite sur le continent au tournoi principal et les troisième et quatrième à la consolante du tournoi.

Plus d’une centaine de personnes seront hébergées dans la nuit du 14 au 15 mai sur l’île qui n’est pas restée insensible à l’opération poules lancée par le Festival d’Armor et le Crédit Agricole, plusieurs bons de participation ayant été récoltés en vue du tirage au sort qui se déroulera ce samedi à l’agence de Plougonvelin

Ouessant 12 mars 2016 - 1

Festival d’Armor 2016 : Tournoi des U15 ans, Racing CF Toulon la carte de l’originalité

 

De passage récemment à Toulon pour raisons professionnelles, Eric Cornou (commission sportive) n’a pas manqué de se renseigner sur le compte du Racing Football Club de Toulon qui, pour sa première participation à la prochaine Pentecôte, sera l’une des attractions du tournoi des U15 ans.

Précisons d’entrée que ce club n’a rien à voir avec le Sporting Club de Toulon, qui figura de 1983 à 1993 en Division 1 ou Ligue 1, avant de disparaître du circuit pro sous l’effet de trois rétrogradations administratives pour ses gros problèmes financiers et d’une liquidation judiciaire (!) en 1993, 1995, 1998 et 2010, et qui essaie de se reconstruire aujourd’hui en CFA 2.

« La particularité du Racing CF Toulon, indique Eric Cornou, est de ne pas posséder d’équipes seniors et de se consacrer uniquement à la formation des jeunes, des U10 aux U19 ans. Son directeur technique n’est autre que Frédéric Meyrieu, l’ancien joueur professionnel qui a fait les beaux jours du RC Lens et de FC Metz notamment. Il s’agit d’un retour aux sources pour ce pur produit de la formation toulonnaise qui veut transmettre aux jeunes de sa région tout ce que le foot lui a donné ».

« La formation des U15 ans du Racing CF Toulon caracole en championnat en tête de son groupe, où elle est toujours invaincue. L’équipe est composé majoritairement de joueurs qui se sont brillamment illustrés la saison dernière en U13 ans et qui ont remporté notamment le tournoi de Guerlédan ».

A noter que les joueurs varois seront hébergés en famille par le groupement Jeune Kersaint 4 Clochers, pour la première fois club-partenaire du challenge Paysages d’Iroise.

Festival d’Armor 2016 : Revoilà la Real Sociedad!

Challenge Crédit Agricole : Revoilà la Real Sociedad!
Divers contacts avec des clubs étrangers ont été pris, au cours des derniers mois, par les responsables de la commission sportive pour donner sa coloration internationale au tournoi des
U17 ans qui vivra sa 34è édition les 14, 15 et 16 mai prochains. L’une de ces pistes vient de déboucher sur la participation officielle de la Real Sociedad.

Le club basque, dont l’équipe de Liga a été entraînée pendant deux ans par Philippe Montanier, l’actuel coach du Stade Rennais, n’est pas un inconnu au stade du Trémeur. Il a fréquenté l’endroit à trois reprises, sans jamais parvenir à inscrire son nom au palmarès, la seule victoire espagnole à Plougonvelin étant le fait de l’Espanyol Barcelone en 1997.

La présence de ce club de renom ne pourra qu’inciter le FC Nantes, le SC Bastia, Reims, Caen, Metz et le quatuor régional formé de Rennes, Brest, Lorient et Guingamp à sortir le grand jeu durant ce week-end de Pentecôte. La participation d’au moins un autre club étranger reste d’actualité, le nombre d’équipes engagées dans le tournoi pouvant évoluer de dix à douze.

Challenge Paysages d’Iroise : Dîtes 112…
S’agissant du tournoi des U15 ans, 95 clubs s’étaient portés candidats au milieu de l’automne pour figurer dans la sélection finale de 80 clubs. Le nombre de prétendants a encore enflé puisque pas moins de 112 clubs ont émis le souhait de venir jouer au Trémeur à la mi-mai! C’est dire si le tri ne sera pas facile à effectuer parmi ces participants potentiels.

Dans la liste, on relève les mails ou courriers de candidature plus récents de deux équipes roumaines (Steaua et Valcea Bucarest), d’un club marocain (Awam), d’une académie ivoirienne (Fola d’Abidjan) et d’une formation belge (Estaimbourg).

Rappelons que le tirage au sort des deux tournois aura lieu le samedi 26 mars, à 10 h, au siège de la CCPI à Lanrivoaré.

Festival d’Armor : Voeux pour 2016

Nos voeux pour 2016 : Merci à vous tous, Bénévoles, Partenaires, Communes associées, Institutionnels, Public … Grâce à vous 2016, sera encore un bon cru …

Le comité directeur du Festival d’Armor

 

 

 

Festival d’Armor 2016 : Le grand retour du FC Nantes

Challenge Crédit Agricole : Le grand retour du FC Nantes
L’affiche de la 34è édition du Festival d’Armor, disputée les 14, 15 et 16 mai 2016, est en train de se dorer petit à petit, grâce aux efforts déployés par le trio de recruteurs formé de Loïc Le Ru, Eric Cornou et Stéphane Donnart.
Ainsi après la participation acquise du Sporting Club de Bastia, qui effectuera son premier passage au stade du Trémeur, vient d’être entériné le grand retour d’un des vainqueurs historiques du Festival d’Armor : le FC Nantes. En treize participations, les Canaris ont inscrit en effet leur nom par trois fois au palmarès en 1993, 1998 et 2000, suite à des succès respectifs en finale face au Paris SG, à l’Ajax Amsterdam et à l’Atletico Madrid.
Trois clubs étrangers de renom et un centre de formation de Moscou (l’Academy Yuri de Konoplev) ont également fait part en U17 ans de leurs candidatures qui sont pour le moment à l’étude.

Challenge Paysages d’Iroise : L’AS Monaco débarquera en U15 ans
Alors que la sélection finale en réunira 80, pas moins de 95 clubs ont déjà émis le souhait de prendre part à la compétition des U15 ans, dont l’audience ne cesse de grandir sur les plans national et international.
On le sait, le Steaua Bucarest est assuré d’y participer, de même que le Stade Malherbe de Caen et l’ES Wasquehal accompagnée de sa troupe de joyeux drilles. A l’affiche, on trouvera également l’US Concarnoise, brillante lauréate de la dernière édition, le Stade Brestois, le Stade Rennais, le FC Lorient, EA Guingamp, Vannes OC, la TA Rennes, la JS Coulaines, le CO Agde, la Saint-Pierroise de la Réunion.
Un relief supplémentaire sera donné à ce tournoi par les premières présences au Trémeur de l’AS Monaco, grâce au rôle d’intermédiaire joué par l’ancien pro Fabien Piveteau, dont le fils figure dans l’équipe monégasque, et du Sporting Club de Toulon, dont la formation des U15 ans est dirigée par Frédéric Meyrieu.
De quoi saliver sur le déroulement de cette 34è édition dont le tirage au sort est prévu le samedi 26 mars 2016, à 10 h, au siège de la CCPI à Lanrivoaré. En soirée, aura lieu le repas des bénévoles à Plougonvelin.

La 34è édition du Festival d’Armor, programmée les 14, 15 et 16 mai 2016 , commence à prendre tournure. Elle devrait donner lieu à un retour à 12 équipes dans le tournoi des U17 ans qui devrait réunir plusieurs formations de prestige. Pour la première fois le football corse y représenté avec la participation acquise du Sporting Club de Bastia, vivement intéressé par ce voyage en bordure de la mer d’Iroise. A cette première visite des insulaires pourrait s’ajouter la participation pour le moment en discussion de deux clubs de renom, l’un français, l’autre étranger, qui ont déjà fréquenté le stade du Trémeur à la Pentecôte.

La possibilité de l’engagement en ligne pour le tournoi des U15 ans a rencontré par ailleurs un bel écho, puisque près de 60 équipes – le casting réunira à nouveau 80 formations – ont déjà fait acte de candidature. Parmi les équipes extérieures à la région sont assurées d’être de la fête : le Steaua Bucarest, le Stade Malherbe de Caen qui ne cache pas son enthousiasme pour une possible expédition à Ouessant lors des rencontres de poule, et l’ES Wasquehal qui sera à nouveau accompagné de sa sympathique chorale de supporters.

Un grand merci à tous !

Une 33ème édition sous le soleil et la bruine chère à notre cœur. Un grand moment de bonheur à voir de belles équipes…

Un grand merci à tout le monde, Bénévoles, Sponsors, Partenaires, Equipes, Arbitres, Joueurs, Entraineurs, Familles d’accueil, Familles présentes sur le site…

Avec vous, nous sommes capables de tout 😉

Merci Président,

A très bientôt….

Actualité U17 du 25/5/15

Tournoi des U 17 ans :La victoire pétillante des Rémois

La 33è édition s’est offert dans le tournoi des U 17 ans deux finalistes inattendus et un beau vainqueur avec le Stade de Reims qui a nettement dominé En Avant de Guingamp (3-1).

Corentin Bataille : »L’équipe a gagné en maturité »

Deux buts en première période de Younes Aouladzian, sacré meilleur joueur du tournoi, et de Jocelyn Pétel ont marqué l’ascendant des Rémois mieux armés sur le plan physique, avec un engagement parfois un peu trop grand, et dans la vitesse d’exécution au cours d’un match de belle facture.

Pour refroidir leur joie, il aurait fallu un peu plus que le vent frais qui soufflait en fin de journée en provenance de la pointe Saint-Mathieu. En charge de 2005 à 2010 des U 15 ans et des U 17 ans du Stade Brestois, leur coach Corentin Bataille est ravi de la belle montée en régime de son équipe au fil du tournoi et de de ce dénouement. « On avait le secret objectif de le remporter mais on l’avait mal commencé avec le revers face au Havre (0-1). L’équipe a gagné en maturité au cours des trois jours et j’ai été impressionné par son bon comportement en finale après une demi-finale face à Brest qui n’avait pas été terrible ».

Pour la troisième fois Guingamp a donc échoué en finale ici. Mais cela n’affecte pas son entraîneur Hervé Guégan : « Je suis satisfait de notre bon tournoi, du bon contenu de nos matches face à Laval et Le Havre. En revanche, en finale nous n’avons pas été très bons, nous nous sommes désunis après le second but encaissé trop vite ».

Le Havre n’a pas confirmé

Battus en demi-finale sur un but du Rémois Nejjari, les Brestois se sont arrêtés au même stade que l’an dernier. « Le bilan de notre tournoi est le même que celui de notre saison » commente Yvan Bourgis. « L’équipe est capable de faire de bons matches et d’être irrégulière. Il n’y a pas eu de sa part suffisamment de maturité dans la gestion de l’événement. Sur ce plan, d’autres équipes sont en avance sur nous ».

Autre déçu de cette journée finale : Le Havre AC présenté après la journée de dimanche comme le grand favori et qui n’a pu réitérer ses bonnes prestations des deux premières premières journées. Le HAC reste une nouvelle fois à la porte de la finale. Un coup-franc sur le poteau du très bon n°10 guingampais, Jérémy Livolant, a servi d’avertissement dans cette demi-finale. Le clou a été enfoncé en seconde période par Mohamed Ali Mohamed (1-0).

Tournoi des U 15 ans :

Concarneau sur le pavois

Victorieuse pour la première fois dans le tournoi des U 15 ans, l’US Concarnoise a su bien filer sa pelote de succès. Après s’être imposée en quart de finale aux tirs au but face à Bréquigny (0-0 et 6 tirs au but à 5), elle est venue à bout en demi-finale de l’US Montagnarde (1-0) et surtout en finale du Stade Rennais. L’équipe d’Ille-et-Vilaine menait au score et s’est fait rejoindre sur un penalty en fin de rencontre, avant de céder 5 tirs au but à 4.

En demi-finale, le FO Plaisir, qui venait d’éliminer l’ASB, a subi la loi des Rennais (3-0). Il en fut de même pour le Standard de Liège, mais aux tirs au but face à l’US Montagnarde (0-0, 5 tirs au but à 3).

En fait, aux deux lauréats du Festival d’Armor, Reims et Concarneau, on peut en ajouter un troisième après le succès populaire – elle a réuni plus de 3.000 spectateurs – de cette journée finale : le trésorier, baptisé plus que jamais Bob l’Oseille.

Y.J.

L’association Fée du Bonheur

Geoffrey Dernis, parrain chaleureux

Invité d’honneur du Festival d’Armor, Geoffrey Dernis, l’ancien joueur de Lille, Saint-Etienne, Montpellier et Brest, prend très à cœur son rôle de parrain de l’association « Fée du bonheur » dont la vocation est de concrétiser les rêves d’enfants et adolescents malades et/ou hospitalisés en Bretagne.

– Geoffrey, comment êtes-vous devenu parrain de cette association?

« Louis Gotland, le président de l’association, est venu me voir à l’issue d’un entraînement, dès que je suis arrivé au Stade Brestois à l’été 2012. Il avait eu de bons échos sur moi, on lui avait dit que je pourrais être un parrain assez sympa. Il m’a exposé ses projets en fin de matinée, à quatorze heures j’étais le parrain. Je n’ai pas trop réfléchi, dans la mesure où il s’agissait d’apporter un peu de bonheur à des enfants qui en ont tellement besoin ».

– La cause des enfants vous touche particulièrement?

« J’ai deux filles et cela ne peut pas me laisser insensible. Cette cause devrait toucher tout le monde, a fortiori quand on voit des tout petits se battre contre la maladie. C’est bouleversant de les voir dans cette situation, on relativise beaucoup de choses dans la vie. C’est déjà bien quand on peut apporter aussi un peu de bonheur aux parents de voir leurs enfants contents de nos visites à l’hôpital ou de nos initiatives ».

– Justement, quelles sont ces initiatives?

« Les parents font part à Louis des rêves des enfants et on fait tout pour les concrétiser. Pour ma part, je me sers des relations, des nombreux amis que j’ai dans le milieu du foot. Par exemple, grâce à Benoît Cheyrou avec qui j’ai joué à Lille, on a pu envoyer un enfant en visite à l’OM. Grâce à Eric Abidal, un gamin, Adrien, va partir vendredi découvrir le club de Barcelone. L’association prend en charge tous les frais de déplacement des enfants et des parents, par exemple sur des sites comme Eurodisney. Pour les enfants qui ne peuvent pas sortir de l’hôpital, on leur rend visite sur place. Ce qu’on a fait dimanche après-midi avec Louis (Gotland) en se rendant dans le service de pédiatrie spécialisée ».

– Avez vous déjà collaboré avec d’autres associations caritatives dans votre carrière?

« Oui, quand j’étais à Saint-Etienne j’ai prêté mon concours à une association qui intervenait en faveur d’enfants autistes ».

– Comment jugez vous le Festival d’Armor?

« Il est super bien organisé. J’ai assisté à des matches de bon niveau où la différence apparaît entre les clubs qui font de la formation et les autres. Et puis c’est génial de voir que tous les joueurs sont plus grands que moi qui fais 1 m 70 (rires) ».

Y.J.

U17 : Journée du 24 Mai

Le Havre vire à la corde

Débutée sous un soleil prometteur et achevée sous un petit crachin, la deuxième journée du Festival d’Armor a attiré plus de 2.000 spectateurs au stade du Trémeur. Celui-ci était ainsi bien garni au moment du grand choc du groupe B entre Le Havre AC et Rennes, conclu sur la victoire des Normands (2-1) en qui plusieurs voient désormais les grands favoris pour le succès dans cette 33è édition.

Les fortunes diverses

de Rennes et de Reims

Ce match très attendu, après les deux succès remportés samedi par les deux équipes, a tenu toutes ses promesses au niveau de la maîtrise collective, de l’engagement et du suspense. Emmené par l’excellent n°10 Rafik Guitane, auteur du second but sur une action d’école au plan technique, le Havre AC, parti au quart de tour dans ce match, avait pris les devants au score sur une superbe frappe du gauche de Bilel Ben Slimane.

Les Rennais ne parvinrent qu’à réduire la marque en seconde période sur un but plein d’opportunisme de leur n°10, Issac Matondo. Cela déclencha de leur part un vigoureux pressing en fin de rencontre, rendu inopérant par le sang-froid de l’arrière-garde normande.

Cette défaite a sonné comme un coup d’arrêt pour les Rennais puisque ceux-ci ont subi aussi en fin d’après-midi la loi des Rémois, auteurs d’un 3 à 0 sec et d’équerre sur des réussites de Glodi Hafuala et Younes Aouladzian. A l’inverse des Rennais, les Champenois, vainqueurs peu avant du Standard de Liège (1-0) ont donc connu un joli rebond en se qualifiant pour les demi-finales.

Guingamp et Brest en demies

Les Havrais seront opposés en demi-finale à En Avant de Guingamp. Après avoir partagé les points (0-0) avec les Belges du KAS Eupen, dans de meilleures dispositions que la veille, les Costarmoricains ont dominé Laval grâce à des buts d’Alexis Rochard et de Jérémy Livolant. Ce qui leur a assuré un meilleur goal-average que les Mayennais (plus 5 contre plus 2).

Dans l’autre demi-finale, le Stade Brestois sera confronté au Stade de Reims. Les Brestois ont décroché leur billet grâce à un nul face au KAS Eupen (1-1) mais surtout grâce à leur succès sur le FC Lorient (2-1). Menés au score par les Morbihannais, qui avaient récupéré quatre éléments présents samedi à leur quart de finale de championnat de France, ils ont renversé la vapeur par Hakim Abdallah et Ibrahim El Tougani. Mais la marche à franchir face aux Rémois pourrait être plus traitresse que celle présentée par un décevant FCL, seule équipe à ne pas avoir récolté un seul point en quatre rencontres.

– Le programme des demies : à 14 h, Stade Brestois – Stade de Reims; à 14 h 50, EA Guingamp – Le Havre AC.

Tournoi des U 17 ans :

un certain Brest – Rennes…

Dans le tournoi des U 15 ans, en seizièmes de finale le duel belgo-belge Standard – KAS Eupen a tourné à l’avantage de Liège (2-0), alors que Le Havre s’est fait battre aux tirs au but par Laval.

En huitièmes de finale, les Mayennais ont dû en revanche s’avouer vaincus face au Stade Brestois (1-0). La surprise a été créée par le FO Plaisir, victorieux de Guingamp aux tirs au but.

– Le programme des quarts de finale : à partir de 10 h 30, Stade Brestois – Stade Rennais; Standard de Liège – US Montagnarde; AS Brestoise – FO Plaisir; Rennes Bréquigny – US Concarnoise.

Les supporters de Wasquehal au top

Si un prix des meilleurs supporters existait dans ce Festival d’Armor, il serait attribué sans conteste à ceux de l’ES Wasquehal.

Au nombre de dix-huit les accompagnateurs des U 15 ans nordistes – tous des parents de joueurs – ont assuré une belle ambiance autour des rencontres de leur équipe samedi après-midi et dimanche matin à Plougonvelin, avant d’émigrer vers Ploumoguer pour la poule de consolante.

« Si les résultats suivent, c’est bien. Mais ce n’est pas le but essentiel de nos déplacements, à raison de quatre à cinq tournois dans l’année » fait remarquer Vincent, l’homme au haut-parleur capable de créer une ambiance de feu à proximité de la pelouse ou de la buvette où stationnent ses amis en rangs serrés.

« Quel est le chef de votre groupe? » demande-t-on à l’une des mères de joueur. La réponse fuse, comme un tir d’avant-centre : « On est tous des chefs! » Vincent de renchérir : « L’an dernier au Mondial de Plomelin, on a été désigné meilleur public du tournoi. Nous, ce qui nous motive c’est la convivialité, les échanges avec les gens. Et avec les Bretons, c’est vrai, on s’est trouvé beaucoup de points communs… » Personne ne le démentira.

Cerise sur le gâteau : ils ont pu deviser et être pris en photo hier matin (voir ci-contre) avec Geoffrey Dernis, invité d’honneur du Festival et parrain de l’association brestoise « Fée du bonheur ». Geoffrey a joué à Wasquehal (prononcez : wasqual) pendant deux saisons entre ses débuts au centre de formation de Lille et son retour au LOSC au début des années 2000. « L’ES Wasquehal, c’est là que tout a commencé pour moi. J’y ai joué la première année avec Michel Titeca que j’ai retrouvé au LOSC et la seconde avec Hervé Gauthier qui a joué aussi à Laval pendant plusieurs saisons ». Des noms que les passionnés de football connaissent bien.

Y.J.

La visite aux sites des U 15

Yann Riou (Paysages d’Iroise) et Loïc Le Ru ont effectué au pas de course samedi après-midi une tournée de certains des stades accueillant le tournoi des U 15 ans. Sur les treize sites concernés, ceux de Plougonvelin, Locmaria-Plouzané et Plouzané accueillaient chacun deux des seize poules du tournoi.

Après Plabennec, Coataudon et avant de se rendre à Saint-Renan et à Plouzané, le duo, photgraphié ci-contre en compagnie de Jacques Crozon (VGAB), a assisté à la rencontre Dinan-Léhon – entente Bohars/Gouesnou au stade de Bohars.

Compte rendu du 23/5/15

Tournoi des U 17 ans :

Rennes, Le Havre, Brest et Laval

prennent position

Un soleil éclatant a eu la bonne idée de s’inviter à la journée inaugurale de la 33è édition du Festival d’Armor, marquée dans le tournoi des U 17 ans par la bonne option prise pour une place en demi-finales par quatre clubs. A savoir, Le Havre AC, le Stade Rennais, les seuls clubs à compter deux succès en deux rencontres, et dans le groupe B par le Stade Brestois et le Stade Lavallois, avec quatre points à leur actif.

A la différence de l’an dernier, les Havrais ne se sont pas laissés surprendre dans les matches de poule. Ils sont venus à bout sans trop de difficulté du Standard de Liège, moins bien armé et moins mature qu’eux dans toutes les lignes, avant de s’imposer sur un score étriqué face à une coriace équipe rémoise réduite à dix, après une expulsion, en cours de seconde mi-temps.

Peut-être moins étincelant que l’an passé, le Stade Rennais s’est révélé en revanche efficace en dictant sa loi, par un but d’écart à chaque fois, au Stade Malherbe de Caen et au Standard de Liège. Alors que Caen a dû battre une seconde fois en retraite face aux Rémois (1-0), le choc entre Le Havre et Rennes cet après-midi pour la conquête de la première place du groupe promet quelques émotions.

Dans le groupe A, on le sait, Brest et Laval ont déjà fait la preuve de leur répondant. Jusqu’à partager la mise dans leur affrontement (0-0), où les Lavallois furent efficaces en défense pour contenir la puissance supérieure des Finistériens. En revanche, les Lorientais, dont les meilleurs éléments disputent ce dimanche un quart de finale de champîonnat de France, n’ont pas existé face à Guingamp (5-1) et même face au KAS Eupen (6-0) qui avait subi au départ l’ascendant de Laval.

Brest et Laval sont bien partis pour composter lors de la deuxième journée leur billet pour les demi-finales.

Tournoi des U 15 ans :

Deux poules très indécises

Disputé sur treize sites, le tournoi des U 15 ans a connu à Ouessant ses premiers qualifiés pour les seizièmes de finale : l’Olympique de Cayenne et le Stade Brestois.

Les deux poules de Saint-Renan et Plougonvelin s’avèrent très indécises avec trois équipes comptabilisant chacune quatre points. La TA Rennes, Saint-Renan et le surprenant groupement de jeunes du Cranou sur le site de Saint-Renan, le Standard, le Stade Lavallois et Wasquehal, supporté par une bruyante et sympatique chorale formée par des dirigeants et parents de joueurs, à Plougonvelin.

A noter aussi les deux succès remportés par les Ecossais d’Alloa dans la poule F et deux victoires nettes et sans bavure (4-0 et 5-0) du Plouzané AC. Début des seizièmes de finale aujoud’hui.

Y.J.

La cérémonie d’ouverture du Festival d’Armor :

Un lieu d’espoir et de mémoire

Un joli panel de couleurs était offert par l’amphithéâtre de Keraudy où étaient rassemblés la plupart – seuls manquaient les joueurs U 15 ans de la poule d’Ouessant partis tôt vers l’île par bâteau – des 1.200 acteurs des tournois U 17 ans et U 15 ans venus de toute la France, de Guadeloupe et Guyane, ainsi que de Belgique et d’Ecosse. Cette cérémonie réunissait également les élus, avec à leur tête le maire de la commune Bernard Gouérec, l’adjoint aux sports Stéphane Corre, le vice-président du conseil départemental Didier Le Gac, les partenaires privés dont les représentants du Crédit Agricole et des Paysages d’Iroise, l’ancien maire Louis Caradec, le président du district Finistère-Nord Alain Le Floch et bien sûr les dirigeants et d’autres bénévoles du Festival.

Le souvenir du 11 novembre 1942

Ces jeunes footballeurs nourrissaient alors l’espoir de bien figurer dans l’un de ces tournois voire de le gagner. Mais l’amphithéâtre de Keraudy a été aussi un lieu de mémoire ce matin.

Si un président doit savoir surprendre son auditoire, Yvon Lainé, intronisé à ce poste cette année, a réussi son effet, en exhumant un souvenir qui parlera aux vieux Plougonvelinois et aux générations suivantes. A savoir, le coup d’audace réalisé par des joueurs de foot de Plougonvelin (1) en pleine seconde guerre mondiale, le 11 novembre 1942. A l’issue d’un match disputé entre eux, ils étaient allés déposer une gerbe au monument aux morts de la commune. Ils commémorèrent l’Armistice et les morts de la guerre de 14-18 au nez et à la barbe de l’occupant allemand. Un sacré dribble!
1) Au nombre de ceux-ci figuraient François Hervéou, Francis Bleunven, Claude Le Mao, René Raoul, Henri Quéré, Henri Floch, François Jourdrin, Albert Cloatre, René Quinquis, MM. Pronost et Gallaouédec , et Roger Priol (à gauche devant le cliché historique ci-contre).

Y.J.

Tournoi des U17 ans : dîtes 33 !

« Dîtes 33! ». Cette formule utilisée par les médecins servait à vérifier le bon état des poumons de leurs patients, avant l’invention du stéthoscope.

S’agissant du Festival d’Armor, merci, il a toujours bon pied, bon souffle au moment de fêter sa 33è édition. Ce qui qui en fait un des plus anciens tournois internationaux de France dans la catégorie des 17 ans. Seul le tournoi de l’Iris Club de Croix (Nord), mis en sommeil cette année pour des raisons budgétaires, peut se targuer d’une plus grande longévité avec 58 éditions au compteur.
L’exploit n’est pas mince pour la manifestation plougonvelinoise d’avoir défié ainsi le temps, sans mettre ses finances en péril et en ayant gardé tout ce qui fait son sel depuis 1981 : une compétition attractive et un solide esprit de fête.

La coloration belge

Après les Brésiliens de Santo Amaro et les Tchèques de Ceske Budejovice, ce sera au tour des Belges d’apporter la coloration étrangère au tournoi.
L’espoir de succéder au palmarès, en tant qu’équipe extérieure à la France, aux Ecossais de Dundee United, victorieux en 2003, sera ainsi défendu par le Standard de Liège. Il s’agira de la dixième participation du club belge au Trémeur où il a déjà soulevé deux fois le trophée  en 1996 et 2001.
La seconde formation belge sera le KAS Eupen, issu d’une des neuf communes germanophones de la partie orientale de la province de Liège située à quinze kilomètres seulement d’Aix-La-Chapelle. La particularité du Königliche Allgemeine Sportvereinigung Eupen ne tient pas uniquement à sa position géographique mais également à l’accueil de bons jeunes joueurs africains passés par une académie sénégalaise grâce au financement apporté, depuis un an, par des fonds qataris.

La preuve par neuf pour Rennes?

Deux équipes françaises feront leurs débuts au Festival d’Armor : le Stade Lavallois et le Stade Malherbe de Caen. Ils pourront prendre exemple sur le Stade de Reims, présent de nouveau au stade du Trémeur, qui, pour sa première participation en 2013, avait atteint les demi-finales. Les Rémois n’avaient baissé pavillon que face au futur vainqueur, Rennes, sur le score étriqué de 3 à 2.

Les Rennais, parlons en. Ils essaieront de prolonger leur record de victoires jusqu’à un neuvième succès, après s’être imposés ici en 1994, 2002, 2004, 2006, 2010, 2011, 2013 et 2014. En phase de poule, un bon indicateur de leur efficacité sera fourni par leurs affrontements avec Caen, Reims, le Standard mais aussi avec Le Havre AC, souvent présenté comme un vainqueur potentiel mais dont le meilleur parcours s’était achevé en demi-finales en 2011.

Dans la poule A, Eupen et Laval seront deux sujets de curiosité face à trois clubs bretons habitués du Festival d’Armor. Si le FC Lorient y a déjà soulevé le trophée à trois reprises, en 2005, 2007 et 2008, En Avant a dû se contenter jusqu’ici de deux places de finaliste. Recordman des participations avec une présence ininterrompue depuis 1981, le Stade Brestois a disputé, pour sa part, quatre finales sans avoir la récompense suprême. Aussi aimerait-il se mettre sur son 31 pour cette 33è édition qui sera très convoitée.

Yvon Joncour

Tournoi U15 – 80 clubs au rendez-vous !

Tournoi U 15 ans :

80 clubs au rendez-vous!

Dans le but d’en faire un des tournois majeurs de la catégorie en France, le tournoi des U 15 ans connaîtra une nouvelle progression, avec le passage de 70 à 80 clubs engagés. Ceux-ci seront répartis en seize poules qui se dérouleront sur les treize sites suivants : Plougonvelin, Le Conquet, Locmaria-Plouzané, Ploumoguer, Plouarzel, Saint-Renan, Lanrivoaré, Lampaul-Plouarzel, l’île d’Ouessant, Plouzané, Bohars, Plabennec et Coataudon.

Belges et Ecossais

La sélection chinoise de la province de Shandong ayant finalement renoncé à faire le déplacement vers la pointe du Finistère, la représentation étrangère sera fournie par les clubs belges du Standard de Liège, du KAS Eupen et par les Ecossais d’Alloa.

Un parfum d’exotisme flottera néanmoins sur le tournoi avec la présence de deux clubs ultra-marins, l’Olympique de Cayenne (Guyane) et La Gauloise de Basse-Terre (Guadeloupe). Une place à part sera aussi réservée aux îles du Ponant avec la participation d’une équipe de l’île d’Yeu et avec l’organisation à nouveau à Ouessant, le samedi, d’une poule de qualification.

Avec quatre anciens vainqueurs

Quatre anciens vainqueurs du tournoi, dont le démarrage remonte à 1989, seront encore au rendez-vous du Challenge Paysages d’Iroise : le Stade Brestois (victorieux en 2011 et 2014), le FC Lorient (2013), le Standard de Liège (2010) et le Vannes OC (2006 et 2005).

Les clubs extérieurs à la Bretagne seront légion : Havre AC, SM Caen, Stade Lavallois, Wasquehal, Saint-Nazaire, ASPTT Caen, La Rochelle, Sainte-Anne Reims, Bihorel, Romorantin, Sablé-sur-Sarthe, Cherbourg, Pacy-Ménilles (Eure), Tiercé Cheffes (Maine-et-Loire), Longuenesse (Pas-de-Calais), FC Eu et AS Sanvic Renaissance (Seine-Maritime), US Méral Cossé (Mayenne).

Près d’une cinquantaine de clubs bretons seront bien sûr de la partie. Au nombre de ceux-ci, outre le Stade Brestois, Lorient et Vannes, figurent le Stade Rennais, En Avant de Guingamp, la GSI Pontivy, Plouzané AC, l’US Concarnoise, Dinan-Léhon et un long cortège de clubs du Pays d’Iroise et de toute la région brestoise.

 

Six ex-pros parmi les coaches

Six ex-pros parmi les coaches

Dans le tournoi des U 17 ans, cinq anciens joueurs pros dirigeront des équipes. Ce sera le cas d’Eric Deflandre (Standard de Liège), trois fois champion de France avec Lyon et 57 fois international avec l’équipe de Belgique, d’Hervé Guégan (EA Guingamp), qui a disputé 81 matches de D1 avec le Stade Brestois où il était il y a deux ans l’adjoint de Landry Chauvin, d’Yvan Bourgis (Stade Brestois), qui a à son actif 265 matches de Ligue 2 et de National disputés avec Clermont et Brest. Mais aussi de Jean-François Péron (SM Caen), qui a porté les couleurs de Dunkerque, Strasbourg, Lens et Caen, et de Stéphane Moreau (Stade Lavallois), ex-joueur de Nantes, Caen et Laval.

Dans le tournoi des U 15 ans, on trouvera aux commandes de l’équipe guingampaise Charles-Edouard Coridon, qui a porté les couleurs de Guingamp, Paris SG et Lens.

Deux mondialistes belges…

Deux mondialistes belges…

…Ont joué au Trémeur

Le Standard de Liège comptabilisera une dixième participation au tournoi des U17 ans lors du prochain week-end de Pentecôte. Sous ses couleurs ont évolué deux années de rang au stade du Trémeur deux joueurs qui figuraient dans la sélection belge lors du dernier Mondial au Brésil : Kevin Mirallas (Everton) et Axel Witsel (Zénith Saint-Pétersbourg).

Geoffrey Dernis

Notre Invité d’Honneur

L’ex-joueur du Stade Brestois (de 2012 à 2014), Geoffrey Dernis sera l’invité d’honneur de cette 33è édition du Festival d’Armor.  Il sera présent sur le site avec les représentants de l’association brestoise « Fée du bonheur », dont il est le parrain, et qui a pour vocation de concrétiser les rêves de jeunes malades et/ou hospitalisés en Bretagne.

Geoffrey Dernis n’a pu mener à son terme l’actuelle saison entamée à l’AEL Larissa, en raison des difficultés financières connues par ce club de Division 2 grecque.

Nouveauté : une offre restauration…

Bonjour

Vous étiez nombreux à demander ce service, et bien ça y est c’est mis en place!

Le samedi midi et soir-le dimanche midi et soir et le lundi midi

SUR PRE-RESERVATIONS uniquement, pour les équipes présentes à Plougonvelin.

Une nouvelle possibilité de restauration vous est proposée:

Buffet d’entrée + plat chaud unique + dessert + eau = 9€

Réservation pour le lundi 18 mai via l’adresse mail du tournoi. Merci de votre compréhension.

tournoi-plougonvelin@wanadoo.fr

Geoffrey Dernis parrain de la 33ème édition en 2015

Un champion de France au Trémeur

Parrain de l’association « Fée du bonheur », créé pour concrétiser les rêves d’enfants et adolescents malades et/ou hospitalisés en Bretagne, l’ex-joueur du Stade Brestois, Geoffrey Dernis, sera l’invité d’honneur du Festival d’Armor.

Pour de nombreux joueurs, à l’issue du dernier entrainement d’avant-match, il n’est pas nécessaire de savoir s’ils seront titulaires ou remplaçants. Tout est inscrit sur leur visage, le soulagement ou la frustration. Geoffrey Dernis n’appartient pas à cette catégorie. Ainsi quand il jouait moins lors de sa deuxième saison au Stade Brestois, un sourire égayait tout de même son visage, parce qu’il avait pris le parti d’être optimiste, de voir la vie du bon côté. Et ce n’est donc pas par hasard si l’association « Fée du bonheur » créée à Brest en 1994 dans le but d’apporter du réconfort à de jeunes malades et à leurs familles, l’a choisi comme parrain.

Sur sa carrière de près de vingt ans dans l’univers professionnel, Geoffrey Dernis peut se retourner en éprouvant une légitime fierté. Elle est ornée en effet de 229 matches de Ligue 1 (24 buts), 89 matches de Ligue 2 (12 buts) mais aussi par six rencontres de Ligue des champions en 2005-2006, treize rencontre de C3 et cinq autres de Coupe Intertoto. Tous ses états de service ont été embellis par le titre de champion de France remporté avec Montpellier en 2012et, à un degré moindre par un titre de champion de D2 en 2000 et par le succès en Coupe Intertoto en 2004 récoltés avec Lille.

Lille, Saint-Etienne, Montpellier puis Brest
C’est au LOSC que le natif de Grande-Synthe (Nord) a mis le pied à l’étrier, grâce à un premier contrat pro signé en 1998. Mais c’est dans la banlieue lilloise, à Wasquehal, où il a été prêté pour deux ans, que Geoffrey a envoyé un signal fort à son club formateur en devenant un attaquant performant. Au point de gagner ses galons de titulaire sous la conduite de Claude Puel et de prendre part, en 2005 et en 2006, aux campagnes européennes du club nordiste en Ligue des champions et e Ligue Europa.

A l’été 2006, Geoffrey Dernis met le cap sur Saint-Etienne, où il sera associé sur le front offensif à Pascal Feindouno. Trois saisons plus loin, il prend la direction de Montpellier avec qui il remporte le championnat de Ligue 1 en 2012. En fin de contrat, il se laisse séduire par la proposition d’un contrat de deux ans que lui formule le Stade Brestois.

Espérant finir sa carrière en Ligue 1, Geoffrey vit toutefois en 2013 la redescente en Ligue 2 du club stadiste, où son temps de jeu s’est sensiblement réduit au fil du temps. Engagé l’été dernier par l’AEL Larissa, il n’a pu mener à son terme cette aventure exotique, en raison des difficultés financières connues par le club de D2 grecque. Mais il faudrait plus pour lui faire perdre son habituelle bonne humeur qu’il viendra exposer au stade de Trémeur durant ce week-end de Pentecôte

Tirage au sort édition 2015

Rendez-vous le 4 avril…

2 millions de licenciés, plus de 17 000 clubs amateurs, un million de matchs en 2013/2014… C’est notre foot au quotidien.

Le Festival d’Armor, déjà 32 éditions,  participe depuis 5 ans à la promotion citoyenne du football et à ses vertus pédagogiques. Notre but, au-delà de la compétition, est d’encourager des valeurs sociétales (intégration, développement durable, actions environnementales, respect de l’éthique sportive…et surtout des autres).

Nos efforts via l’opération « 1 but -1 arbre » avec la contribution pérenne du Crédit Agricole nous ont permis d’obtenir le premier prix dans la catégorie « santé-environnement » au niveau national lors de la journée des bénévoles 2014.

La fondation du football (financée par la FFF), des partenaires privés et des mécènes nous ont audités ; après notre 4ème place en 2013 notre persévérance nous a permis de monter sur la plus haute marche du podium en mai 2014.

La remise des arbres à nos communes partenaires aura lieu symboliquement le samedi 4 avril 2015 à partir de 10h30 à la CCPI lors du tirage au sort de la prochaine édition.

Bénévoles, partenaires privés et institutionnels… vous y êtes tous conviés…

Cette victoire lors des trophées Seguin reste un tremplin pour rebondir sur un autre dossier citoyen mobilisateur ; des membres du Comité Directeur y travaillent déjà.

Pour le Comité Directeur du Festival d’Armor

Son Président, Yvon Lainé

36 ans de confiance

Pour visualiser les photos et articles, cliquez dessus :

CA convention (3) Capture d’écran 2015-02-02 à 09.50.52 erecrut-actu-credit_agricoleCapture d’écran 2015-02-02 à 09.51.25

A  l’hostellerie de la Pointe St Mathieu se sont retrouvés le 30/12/2014 tous les acteurs d’un partenariat vieux de 36 ans. Partenariat qui lie le Crédit Agricole et le Festival d’Armor. Cette confiance a été renouvelée par la signature d’un nouvel accord pluriannuel. Etaient présents Paul Huon Directeur de la communication du Crédit Agricole, Bernadette Hindré Présidente de la Caisse Locale de St Renan et Brigitte Elmaleh Directrice de l’Agence du Conquet, de nombreux salariés et élus de cet organisme pour parapher le renouvellement du partenariat pluri annuel.

Cet évènement s’est passé en présence de nos partenaires : D Le Gac pour le Conseil Général, A Talarmin pour la CCPI , B Gouérec  Maire de Plougonvelin, S Corre ancien Président et aujourd’hui adjoint aux sports et des associations à Plougonvelin, de L Caradec Maire honoraire de Plougonvelin et initiateur du partenariat en tant qu’ancien salarié du CA Alain Le Floc’h Président du district, Yann Riou des Paysages d’Iroise pour le challenge U 15, Joël Agard d’Intermarché… de bénévoles et de la presse.

Comme le rappelait Paul Huon nous sommes bien au-delà du sponsoring et nous nous devons donc de respecter ce contrat. Nous sommes tous également fiers du parrainage de l’opération 1 but 1 arbre par le Crédit Agricole car nous avons gagné ensemble le trophée Seguin de la FFF dans la catégorie « santé-environnement ».

Dans le respect de cette confiance réciproque nous avons un devoir de citoyenneté et de respect au travers du sport en général…

GO : J-120 !

Yvon Lainé pour le Comité Directeur du Festival d’Armor.

Aperçu de l’édition 2015 :

fc_lorient Standard de liège Caen kas eupen Lavalstade-rennais

Merci à tous de votre confiance. Fort de son expérience, le Festival d’Armor a su rebondir suite aux événements de 2013 – 2014, et c’est avec plaisir que nous vous annonçons que nous sommes complets, pour la prochaine édition de 2015.

80 équipes en U15 : de Belgique, de France métropole et d’ Outre Mer … La liste exhaustive sera communiquée prochainement.

10 équipes en U17 : Standard de Liège – Le KAS Eupen – Caen – Laval – Lorient… Si on les annonce toutes dès à présent, il n’y aura plus de suspens … Les paris sont ouverts 🙂

 

 

Camille Abily, Une Marraine 2014 de classe mondiale pour la 32ème édition

Après trois champions du monde 98 (Karembeu, Guivarc’h et Petit) le Festival d’Armor a décidé de saluer le football féminin en invitant comme marraine 2014 une joueuse exceptionnelle aux 129 matches et 25 but en équipe de France : Camille Abily.

Camille, née à Rennes il y a 29 ans, débute la pratique du football chez les jeunes à la JA de Bruz, puis évolue successivement au FC Bruz et au SC Le Rheu, situés tous les deux à quelques kilomètres de Rennes. Elle fait ses débuts en 1ère division avec le Stade Briochin en 2000 face à La Roche où elle inscrit son 1er but dès sa première apparition.

Puis elle signe au CNFE Clairefontaine où elle côtoie quelques futures coéquipières en club ou en sélection. Camille joue par la suite à Montpellier lors de la saison 2003-2004, où elle remporte ses premiers trophées, avec deux championnats de France de Division 1, un Challenge de France et celui de la meilleure joueuse du championnat en 2006. Elle atteint cette même année les demi-finales de la Coupe féminine de l’UEFA.

Le rêve américain
Elle rejoint l’Olympique Lyonnais lors de la saison 2006-2007, et remporte une nouvelle fois deux championnats, un Challenge de France et  le titre de meilleure joueuse du championnat en 2007. Comme dans son précédent club, elle atteint une nouvelle fois les demi-finales de la Coupe d’Europe en 2008.

En février 2009, elle décide de quitter l’OL en pleine saison pour la Franchise de Los Angeles Sol aux Etats-Unis pour inaugurer la Women’s Professional Soccer, nouvelle ligue professionnelle américaine.

Le 9 janvier 2010, le FC Gold Pride annonce son transfert en provenance de Los Angeles Sol.

Elle se voit repositionnée dans un rôle de milieu défensif, où elle inscrit un but délivre six passes décisives en 18 matches. Contrairement à l’année précédente, elle joue et remporte la finale du championnat contre Philadelphia Independence (victoire 4-0).

Retour gagnant à Lyon
Le 28 août 2010, Jean-Michel Aulas annonce le retour de Camille Abily à l’Olympique Lyonnais, mais elle termine d’abord a saison de la Women’s Professional Soccer.

Elle revient donc à l’OL début octobre 2010 et son retour sera gagnant, car elle remporte son troisième championnat de France et surtout la Ligue des champions de l’UEFA. La saison 2011-2012 est certainement la plus aboutie de sa carrière : elle réalise un triplé inédit en France, en remportant d’abord la Coupe de France contre le Montpellier HSC (2-1), puis pour la deuxième année d’affilée, la Ligue des champions, où elle inscrit le second but de la rencontre contre le FFC Francfort (2-0) d’une reprise de volée lobée d’environ 25 mètres ; de plus, elle est à nouveau élue « joueuse du match » et termine comme meilleure buteuse de la compétition avec Eugénie Le Sommer (9 buts). Enfin elle décroche le Championnat de France, après la victoire contre le FCF Juvisy (3-0) lors du tout dernier match de la saison, considéré comme la « finale du championnat ».

Durant la saison 2012-2013, avec un triplé inscrit lors du match contre le FC Vendenheim, Camille devient la 3ème joueuse de l’histoire du club à franchir la barre des 100 buts marqués, toutes compétitions confondues.

Bonne année 2014

Image voeux 2014bAprès une fin d’année 2013 particulièrement éprouvante pour notre association et en espérant une année 2014 plus sereine, la grande famille du Festival d’Armor vous présente pour l’An neuf, à travers le petit clip joint, tous ses voeux de bonheur, de santé et de réussite, tant familiale que professionnelle.

Le Festival d’Armor dont vous pouvez découvrir les coulisses dans le film présenté sur notre site internet www.festival-armor.com  et Facebook se déroulera cette année les 7,8 et 9 juin 2014.
Bonne et heureuse année à tous !

Présentation vidéo du Festival d’Armor

L’environnement touristique magnifique qui accueille la compétition, les installations d’hébergement au bord de la mer, le succès populaire, l’ambiance festive, les commentaires des participants français et étrangers, le niveau élevé du jeu : découvrez en détail et en vidéo le Festival d’Armor, le plus vieux tournoi de football français et l’événement incontournable de la pointe bretonne à la Pentecôte.

Stéphane Guivarc’h parrain en 2011 de la 29ème édition

Stéphane Guivarc’h, buteur prolifique

Né en 1970 à Concarneau, Stéphane Guivarc’h commence sa carrière à Brest. Il y rester jusqu’à la perte par le club de son statut professionnel en 1991.

Il rejoint alors l’EA Guingamp il s’affirme comme un buteur prolifique (28 buts en 46 matches). A l’issue de la saison 1993, Guingamp est relégué en National. Grâce à ses 28 buts en 33 rencontres, Guivarc’h est l’un des grand artisans de la remontée du club en D2 dès 1994. En 1994-1995, avec 23 buts, il réalise une nouvelle brillante saison, ce qui lui vaut d’être recruté par Guy Roux et l’AJ Auxerre.

A Auxerre, barré par Lilian Laslandes, il connaît quelques difficultés à s’adapter et à s’impose. Il remporte quand même le Championnat et la Coupe de France. La saison suivante, il tente de se relancer et rejoint Rennes (prêt). Il retrouve ses sensations de buteur de D1 . Laslandes transféré aux Girondins de Bordeaux, Guy Roux le réintègre dans son effectif pour la saison 1997-1998. En grande confiance, sa saison est excellente puisque non seulement il conserve son titre de meilleur buteur de D1 mais termine également meilleur buteur de la Coupe Intertoto, de la Coupe UEFA et de la Coupe de la Ligue soit un total de quarante-cinq buts.

Stéphane Guivarc’h décroche dans la foulée sa place dans la liste des 22 pour la Coupe du monde 1998. Il connaît certes le bonheur d’être sacré champion du monde mais sans être parvenu à se mettre en évidence tout au long de la compétition. Son manque de réussite chronique durant la compétition va peser lourd dans la suite de sa carrière, aussi bien en club qu’en équipe national.

Cette période auxerroise conclue par la Coupe du monde, est le sommet de sa carrière. La suite est en effet un lent déclin. Transféré à Newcastle, il éprouve les pires difficultés à s’imposer, et, après seulement quelques semaines il tente de faire rebondir sa carrière aux Glasgow Rangers. Pour son premier match à Ibrox Park, il inscrit un doublé. Masi, miné par des blessures à répétition, il ne joue pas au meilleur de sa forme. Il remporte quand même le Championnat en 1999.

Après cette expérience étrangère plutôt mitigée, Stéphane Guivarc’h revient à l’AJ Auxerre. Son retour est prometteur, puisqu’il prend rapidement la tête du classement des buteurs de Division 1. L’année 2000 est plus difficile. Il marque moins, voire plus, et on voit poindre l’émergence d’un jeune attaquant, Djibril Cissé. Son avenir n’est plus dans l’Yonne, et il retrouve, à l’été 2001 le club qui la fait connaître, à savoir Guingamp. Mais l’expérience est de courte durée, puisque l’ancien attaquant des bleus se blesse assez grièvement. Diminué par une blessure récurrente au cartilage du genou, il ne retrouvera jamais la compétition.

Il met fin à sa carrière à l’issue de la saison 2001-2002.

Christian Karembeu, parrain top-niveau de la 28ème édition en 2010

Souriant, chaleureux, très disponible. Christian Karembeu a séduit tous ceux (et ils étaient nombreux!) qui l’ont approché lundi au Festival d’Armor de Plougonvelin dont il était cette année le parrain

Que pensez-vous de l’organisation de ce Festival d’Armor? «J’ai été agréablement surpris par les installations, par la logistique, par l’organisation de ces tournois. Tout cela m’a paru très, très pro et il faut féliciter tous les bénévoles pour le travail difficile, mais bien élaboré qu’ils fournissent. Cela m’a permis de découvrir un bord de mer extraordinaire, alors que je connaissais déjà des villes comme Carhaix, Saint-Pol-de-Léon pour y avoir joué avec le FC Nantes en D4 et en D3». Votre jugement sur le niveau de jeu? «Quand on voit un club comme le Standard de Liège venir avec la ferme intention de remporter ce tournoi de moins de 17 ans, que celui-ci a accueilli des joueurs comme Figo, Makelele, Guivarch, Ouédec, Ziani, Pédros, Loko ou Gourcuff en 2000 avec Lorient, on se rend compte que c’est une compétition de grand renom. En plus, ce Festival est maintenant labellisé FIFA». Justement quelle responsabilité la FIFA vous a-t-elle confiée depuis l’arrêt de votre carrière de joueur en 2005 à Bastia? «J’ai été au départ l’ambassadeur de l’Océanie. Ce qui m’a permis d’apprendre, de faire mes classes dans le cadre de missions de la FIFA qui sont variées. Il peut s’agir de structurer des clubs, de nouvelles fédérations comme la Nouvelle Calédonie ou confédérations comme celle de l’Océanie. Cela peut être la réalisation de Projets Goals créés par la FIFA». Quel est le contenu de ces Projets Goals? «Ils servent à faire la promotion du football en l’utilisant comme un outil d’éducation et d’insertion sociale. Le souhait est de voir des gamins se réunir autour d’une activité sportive au lieu d’être isolés, délaissés. Cela permet de lutter contre l’ignorance, la violence, l’analphabétisme, certaines maladies comme l’obésité. A travers un match de foot, on peut faire passer beaucoup de choses. On peut rééduquer, corriger certains déséquilibres sociaux engendrés par un système. Jouer au foot peut sembler uniquement ludique, c’est aussi le moyen de se rencontrer, d’échanger et parfois de créer des liens». Votre carrière de joueur a été riche. Si une victoire devait supplanter toutes les autres, ce serait laquelle? «La victoire en Ligue des champions 1998 avec le Real Madrid qui en était privé depuis 32 ans. On a battu 1 à 0 la Juventus de Zizou qui était favorite. Ce premier succès européen a été pour moi très impressionnant, comme allait l’être peu après la conquête de la Coupe du monde. J’ai passé plusieurs semaines sur un nuage». Allez vous assister à la prochaine Coupe du monde? «Je ferai partie d’un groupe d’études chargé de fournir à la FIFA des rapports techniques sur les matchs qui se dérouleront notamment à Johannesburg. J’en suivrai dix-sept au total». Quelles chances accordez-vous à la France de bien figurer lors de ce Mondial? «Cette équipe-là n’est pas favorite et elle est sous-estimée actuellement. Mais elle va nous surprendre, car le potentiel et le talent sont là. Elle est jeune et manque d’expérience, mais elle va grandir avec cette compétition. Je la vois aller très loin. En finale».

Le Télégramme du 26 mai 2010

Corentin Martins en 2008 est le parrain de ce 27ème Festival d’Armor

Corentin Martins est un joueur professionnel à Brest. Son poste de prédilection est milieu de terrain

C’est avec fierté que j’ai l’honneur d’être le parrain de la 27ème édition du Festival d’Armor. Ce tournoi évoque pour moi beaucoup de souvenirs mais seulement en tant que spectateur. En effet, étant originaire de Brest, j’ai souvent eu l’occasion d’assister à ce tournoi mais jamais en tant que participant, avec beaucoup de regret d’ailleurs.

Dans mon époque ce Festival était déjà très prestigieux puisque c’était un des rares tournois internationaux de la région à attirer de très belles équipes ainsi que des milliers de spectateur sur ce week-end

Et pour nous joueurs c’est toujours plus motivant de jouer devant des milliers de spectateurs car on a toujours envie de montrer au plus grand nombre ce que l’on sait faire avec un ballon.

J’ai eu la chance de gagner plusieurs trophées dans ma carrière de footballeur professionnel et je garde aussi de bons souvenirs des coupes remportées lorsque j’étais plus jeune. Je me rappelle d’être passé plusieurs fois devant le podium où étaient exposées les coupes et l’envie de tout donner pour gagner le plus beau des trophées.

Alors, je compte sur vous (joueurs, entraineurs et spectateurs) pour que chacun donne le meilleur de lui-même avec fair-play, respect et beaucoup de plaisir.

Bonne chance à tous, et vive le football et le Festival d’Armor.

Carrière de joueur :
1988-1992 : Stade Brestois
1992-1996 : AJ Auxerre
1996-1997 : Deportivo La Corogne
1997-1999 : RC Strasbourg
1999-2000 : Girondins de Bordeaux
2000-2004 : RC Strasbourg
2004-2005 : Clermont Foot

Palmarès (joueur)
Champion de France en 1996 (AJ Auxerre)
Vainqueur de la Coupe de France en 1994, 1996 (AJ Auxerre), 2001 (RC Strasbourg)
Equipe de France : 14 sélections, 1 but entre 1993 et 1996
Vainqueur de la Coupe Kirin en 1994 (tournoi organisé au Japon)

Manager sportif :
2006-2007 : Stade Quimpérois
2007-2013 : Directeur Sportif du Stade Brestois 29

Roberto Cabanas – Jean Luc Feunteun (Président du FA) et Corentin Martins interviewés par Bernard Alençon