28/05/2012

Le Sud rafle la mise

Pour un coup d’essai, ce fut un vrai coup de maître. Dimanche après-midi, pour leur première participation au festival d’Armor de Plougonvelin, le  FC Istres Ouest Provence et le SC Bel Air Marseille ont remporté respectivement les challenges U17 Crédit Agricole et U15 Paysages d’Iroise. Deux beaux vainqueurs qui ont déjoué tous les pronostics et qui ont été fêtés comme il se doit par les cinq mille spectateurs massés autour des terrains du stade de Trémeur.

Ici c’est Brest !

On salue souvent et à juste titre, le savoir-faire des éducateurs des centres de formation des grands clubs professionnels. Sens du jeu, du placement, maîtrise technique et tactique, condition physique irréprochable, les jeunes apprentis footballeurs des structures éducatives sont parfaitement formés à la pratique d’un futur métier difficile. Mais les centres de formation ne sont pas les seuls à façonner l’élite de demain. Certains clubs aux moyens plus modestes tirent aussi leur épingle du jeu.

On en veut pour preuve l’exemple du Stade Brestois 29. Vainqueur du challenge U15 l’an dernier, demi-finaliste de la Coupe Gambardella cette année, le club breton a, durant les trois jours du Festival d’Armor, démontré la qualité de son vivier U17 qui a raté d’un rien la victoire finale. C’est en effet après un parcours remarquable que, pour un tir au but manqué, les Brestois ont laissé le titre à leurs homologues et talentueux adversaires istréens.

Déjà, en demi-finale face au tenant du titre avec le record de victoires, le Stade Rennais, les Rouge et Blanc avaient parfaitement tenu la comparaison en faisant jeu égal, tant au niveau de la créativité que dans l’occupation des espaces, avec des Rennais qui ne trouvèrent jamais la faille. Vainqueur aux tirs au but (3-1), Brest rêvait alors du titre qui lui échappe depuis… trente participations consécutives au festival. Dans l’autre demi-finale, Lorient et Istres ne parvenaient pas non plus à se départager et la séance des penalties (8-7) donnait son billet pour la finale à la formation méridionale.

« Si vous nous invitez, nous reviendrons l’an prochain avec grand plaisir et ce sera pour gagner car votre tournoi est l’un des plus beaux de France » expliquait pour remercier les organisateurs le coach du FC Istres samedi soir au terme de la première journée du tournoi. Il était alors loin de s’imaginer qu’il repartirait deux jours plus tard avec le Challenge Crédit Agricole sous le bras.

On peut dès lors facilement imaginer l’explosion de joie que fut celle des Provençaux lorsque leur gardien, Jordan Gil, au terme de la finale (0-0), détourna le dernier tir au but d’un Brestois (4-3). Incroyable ! Le public, déçu de la défaite des siens, ne bouda pas pour autant son plaisir en nourrissant par de nombreux applaudissements la superbe cérémonie de remise du trophée, copiée sur celle de la Ligue des Champions.

On retiendra de cette 30e édition la grande qualité de jeu proposée par les acteurs et, en particulier par ceux du dernier carré. Ces jeunes de moins de 17 ans ont déjà un acquis et un niveau technique remarquables. C’est un régal de les voir s’exprimer sur le terrain. Et dire que seulement une poignée d’entre eux décrocheront le Graal en devenant professionnels…

Ah la Bonne Mère !

Dans le Challenge U15 Paysages d’Iroise, l’énorme surprise est venue du Vieux Port avec la victoire que personne n’attendait : celle du SC Bel Air qui découvrait la Bretagne. Club de quartier, cette structure marseillaise se consacre uniquement aux jeunes. Pas d’équipe première, pas de compétitions adultes, juste l’éducation de jeunes à travers les vertus du sport et du football.

On ne donnait pas cher de leur chance de passer les phases de poule, ils l’ont fait sans coup férir. Les seizièmes de finale allaient être la marche de trop… Que nenni ! En pratiquant un football certes moins léché que celui des clubs pro mais tellement généreux, ils passaient l’étape sans souci, puis celle des quarts de finale contre le favori Concarneau pour, contre toute attente, se retrouver en demi.

C’est alors qu’ils parvinrent à hausser encore un peu plus leur niveau –  un peu trop d’ailleurs parfois dans l’engagement physique – pour sortir le grand Standard de Liège médusé. Vainqueurs 2-1, les Marseillais encaissaient leur premier but depuis le début de la compétition !

Restait la dernière marche face au « grand » Guingamp qui avait sorti plus tôt dans la matinée Lorient et Vannes. Un gros morceau pour les sudistes qui avaient déjà perdu deux joueurs, suspendus pour deux cartons rouges. Dominés mais jamais véritablement débordés, ils jouaient sans complexes, disputant tous les ballons sans vergogne malgré la supériorité technique des Bretons, et parvenaient à marquer juste avant la mi-temps. Le plus dur était fait, car la force physique, l’abnégation, le culot, la vitesse des Marseillais suffisaient à anéantir le pressing des Guingampais, incapables de trouver la clé et de s’adapter à une telle opposition.

Au coup de sifflet final (1-0), ce fut un délire. Les minots étaient aux anges et leur entraîneur au bord des larmes au moment de remercier les organisateurs et le public.

« Nous n’oublierons jamais que vous nous avez donné notre chance en nous invitant. Ce tournoi restera à jamais gravé dans nos cœurs. C’est le plus beau. »

C’est cela aussi, le Festival d’Armor.

D.L.