25/05/2015

L’association Fée du Bonheur

Geoffrey Dernis, parrain chaleureux

Invité d’honneur du Festival d’Armor, Geoffrey Dernis, l’ancien joueur de Lille, Saint-Etienne, Montpellier et Brest, prend très à cœur son rôle de parrain de l’association « Fée du bonheur » dont la vocation est de concrétiser les rêves d’enfants et adolescents malades et/ou hospitalisés en Bretagne.

– Geoffrey, comment êtes-vous devenu parrain de cette association?

« Louis Gotland, le président de l’association, est venu me voir à l’issue d’un entraînement, dès que je suis arrivé au Stade Brestois à l’été 2012. Il avait eu de bons échos sur moi, on lui avait dit que je pourrais être un parrain assez sympa. Il m’a exposé ses projets en fin de matinée, à quatorze heures j’étais le parrain. Je n’ai pas trop réfléchi, dans la mesure où il s’agissait d’apporter un peu de bonheur à des enfants qui en ont tellement besoin ».

– La cause des enfants vous touche particulièrement?

« J’ai deux filles et cela ne peut pas me laisser insensible. Cette cause devrait toucher tout le monde, a fortiori quand on voit des tout petits se battre contre la maladie. C’est bouleversant de les voir dans cette situation, on relativise beaucoup de choses dans la vie. C’est déjà bien quand on peut apporter aussi un peu de bonheur aux parents de voir leurs enfants contents de nos visites à l’hôpital ou de nos initiatives ».

– Justement, quelles sont ces initiatives?

« Les parents font part à Louis des rêves des enfants et on fait tout pour les concrétiser. Pour ma part, je me sers des relations, des nombreux amis que j’ai dans le milieu du foot. Par exemple, grâce à Benoît Cheyrou avec qui j’ai joué à Lille, on a pu envoyer un enfant en visite à l’OM. Grâce à Eric Abidal, un gamin, Adrien, va partir vendredi découvrir le club de Barcelone. L’association prend en charge tous les frais de déplacement des enfants et des parents, par exemple sur des sites comme Eurodisney. Pour les enfants qui ne peuvent pas sortir de l’hôpital, on leur rend visite sur place. Ce qu’on a fait dimanche après-midi avec Louis (Gotland) en se rendant dans le service de pédiatrie spécialisée ».

– Avez vous déjà collaboré avec d’autres associations caritatives dans votre carrière?

« Oui, quand j’étais à Saint-Etienne j’ai prêté mon concours à une association qui intervenait en faveur d’enfants autistes ».

– Comment jugez vous le Festival d’Armor?

« Il est super bien organisé. J’ai assisté à des matches de bon niveau où la différence apparaît entre les clubs qui font de la formation et les autres. Et puis c’est génial de voir que tous les joueurs sont plus grands que moi qui fais 1 m 70 (rires) ».

Y.J.