19/05/2013

Des moyens et des soutiens pour le football amateur

Profitant de la présence d’Emmanuel Petit, parrain 2013 du tournoi  de football de la pointe bretonne, les organisateurs du festival d’Armor ont organisé dimanche en fin de matinée une table ronde sur le thème « Quel avenir pour le football amateur ? ». En compagnie d’Eric Thomas, président de l’Association Française du Football Amateur, le champion du monde 98 a débattu avec des acteurs du football amateur.

Pendant près de deux heures et devant un public fourni, les deux hommes, entourés de Stéphane Corre, président du festival, Alain Le Floch, président du district du Finistère nord, Patrick Appéré, adjoint au sport de la ville de Brest, Paul Huon, directeur de la communication du Crédit Agricole du Finistère, Nourredine Chahir, président de club, Gérard Rannou, arbitre, Gilles Boulouard, ex-pro, Alex Pereira, représentant de la sélection brésilienne et Gaëlle Auguste, bénévole, ont expliqué la raison d’être et les désidératas de leur association.

« Le monde amateur subit les conséquences d’une crise qui a déjà contraint 3000 clubs à mettre la clé sous la porte au cours des derniers mois » a commenté Eric Petit, avant d’ajouter « Clubs et dirigeants, nous sommes  les plus actifs mais les moins valorisés ; les plus nombreux mais les moins organisés ; les plus demandeurs de soutiens mais les moins aidés. C’est pour répondre à ces besoins essentiels que l’AFFA a été créée, il y a deux ans. »

Emmanuel Petit a, pour sa part, repris les grandes lignes des actions menées par l’association :  « Débattre entre clubs des questions prioritaires qui touchent à notre quotidien rarement évoquées dans les assemblées générales des districts et des ligues ; organiser et imaginer des modes d‘action et de représentation ; réfléchir ensemble et proposer les changements nécessaires touchant au fonctionnement du football amateur ; redonner au football amateur les moyens indispensables de sa réussite sportive, sociale, éducative et citoyenne. »

Les autres invités ont ensuite évoqué lors d’un débat enrichissant leur rôle dans le monde associatif, leurs craintes et leurs espoirs tout en affirmant à l’unisson l’incontestable utilité sociale du sport en général et du football en particulier.

D.L.