22/05/2018

36è Festival d’Armor (3è journée) Le Havre récidive, deux ans plus tard

Le Havrais Ylan Gones (à droite), seul buteur de la finale des U17, poursuivi par deux Guingampais. (Photo Gauthier Le Roux)

Sous le soleil exactement et devant un public accouru en rangs serrés au Trémeur, Le Havre AC a été finalement le club qui a eu le plus de suite dans ses idées dans le tournoi U17. Il a réédité son succès de de 2016 aux dépens des Guingampais qu’il avait déjà battus en finale il y a deux ans. Quant au succès en U15, il est revenu au KAS Eupen sur la même marge de 1 à 0 face à La Roche Vendée.

La malédiction guingampaise

Dire que la finale des U17 a été le match le plus abouti du week-end serait travestir la réalité. A ce Le Havre-Guingamp on aura préféré par exemple le Sochaux-Nice (1-0) de samedi ou les quarts de finale Guingamp-Standard (3-2) et Caen-Sochaux (2-0).

Mais il faudra toutefois reconnaître la bonne montée en régime des Normands qui ont tout gagné, après un nul de bon aloi avec le Standard de Liège samedi. Avant donc cette finale qui mit beaucoup de temps à trouver sa vérité. Suite à une première mi-temps stérile, car privée d’occasions de but, une mésentente entre le gardien d’En Avant, Isaia Aubert, et Nicolas Paverne fut exploitée en deux coups de cuiller à pot par le Havrais Ylan Gones.

Cela suffit au HAC, qui obligea le gardien costarmoricain à un double sauvetage en fin de rencontre, pour s’adjuger cette 36è édition du Festival d’Armor. En revanche, la malédiction continue de planer sur Guingamp, qui a perdu ici sa quatrième finale lors des cinq dernières éditions.

Pour Mickaël Le Baillif, le coach havrais, qui avait suppléé Stéphane Bernard retenu pour le déplacement apocalyptique du HAC à l’AC Ajaccio, le week-end s’achevait d’heureuse manière : « L’an dernier on aurait dû gagner face à Helsinki et là je n’aurais pas misé une pièce sur un long parcours de notre part. Mais dans le jeu nous avons su monter en puissance ».

Vannes s’accroche, Caen chute in-extremis

La demi-finale entre Guingamp et Vannes bascula sur une action solitaire de l’attaquant d’en Avant, Wesley Eura, peu avant la pause, alors que les deux équipes s’étaient beaucoup observé jusque-là. Auteur aussi d’un tournoi très méritoire, le VOC réagit avec enthousiasme mais il ne parvint pas à égaliser sur un coup de tête raté de peu par son avant-centre Claudel Ngoubou.

En revanche, on dut avoir recours aux tirs au but pour départager les Havrais et les Caennais (0-0, 4 tab à 3) dans l’autre demi-finale. Dans ce match très équilibré, Le Havre opposa un bon répondant athlétique à l’organisation de Caen, belle mais pas aussi productive qu’auparavant. Ainsi un côté trop calculateur peut vous priver d’un heureux dénouement dans un tournoi où les différences de niveau ne furent pas criantes. Il restera à Caen la désignation de son n°8, Kanan Sakho, comme meilleur joueur du tournoi.


La joie des U15 du KAS Eupen, venus à bout de La Roche Vendée en finale et qui inscrivent pour la première fois leur nom au palmarès. (Photo Gauthier Le Roux)

U15 : le KAS Eupen effrite La Roche

Sorti victorieux de sa poule où évoluait le Paris SG, puis vainqueur difficile de Concarneau (1-1, 5 tirs au but à 4) et plus aisé de Plouzané (2-0), l’équipe belge du KAS Eupen a donné au palmarès du Festival d’Armor une belle couleur internationale en U15.

Mais il lui fallut lutter de pied ferme en finale pour venir à bout de La Roche Vendée (1-0), qui avait dicté sa loi auparavant au Vannes OC (1-0) en quart de finale puis à Guingamp en demi-finale (0-0, 3 tirs au but à 0), grâce à trois arrêts de talent dans cette épreuve additionnelle de son gardien Anderson Aupetit, désigné le meilleur du tournoi.

« Avec un bon n°9 et un bon gardien, une équipe a toujours des chances de bien voyager » fit remarquer Pierre Ménès, le parrain de cette 36è édition. Le KAS Eupen avait les deux : l’attaquant Hugo Gilon, auteur de son 10è but du week-end en finale, et le gardien Luca Possen, qui sauva son équipe sur une ultime tentative du n°10 de La Roche, Mathis Oger.

La progression du club belge, pour sa troisième présence à Plougonvelin, symbolisée aussi par le bon comportement de son équipe U17, est incontestable.

Yvon Joncour